Sci-tech
URL courte
3321
S'abonner

Les autorités chinoises ont assigné à l’un de leurs plus importants télescopes une nouvelle mission: détecter des formes de vie intelligentes dans l’espace. Des observations qui viendront s’ajouter aux programmes scientifiques habituels de l’appareil.

La Chine va mettre son plus puissant radiotélescope à la disposition d’un programme d’observation de vie extra-terrestre, a rapporté le 31 mai Science and Technology Daily, le journal officiel du ministère des Sciences chinois.

Ce radiotélescope, baptisé FAST mais connu aussi sous le nom d’«œil du ciel» possède un réflecteur de 500m d’ouverture. Ce qui en fait le deuxième plus grand radiotélescope au monde après le RATAN-600 de Russie. Construit en 2016, la recherche de vie extra-terrestre rentrait déjà dans ses prérogatives lors de sa mise en service en janvier 2020. Mais l’appareil était en attente d’une mise à niveau de son équipement pour pouvoir lancer officiellement un projet de ce type, explique Science and Technology Daily.

Une mission parmi d’autres

Les nouvelles observations débuteront en septembre prochain, a annoncé le professeur Zhang Tongjie de l'université de Beijing, qui dirige le projet. Le scientifique a néanmoins précisé que ces recherches d’intelligence extraterrestre n’interféreront pas avec les programmes réguliers du radiotélescope.

Les principales missions du radiotélescope FAST consistent aujourd’hui en la détection de pulsars et de sursauts radio rapides (FRB).                

Lire aussi:

Navalny: le chevalier blanc des Occidentaux rattrapé par ses propos xénophobes
Les caméras du domicile de Gérard Depardieu, mis en examen pour viols, montrent une rencontre avec une jeune actrice
La Défense russe réagit aux propos du Premier ministre arménien sur les Iskander
Un sanglier domestiqué venu à la rencontre de chasseurs abattu à bout portant – images choc
Tags:
Five-hundred-metre Aperture Spherical Telescope (FAST), vie extraterrestre intelligente, extraterrestres, Chine
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook