Sci-tech
URL courte
7261
S'abonner

Une vibration de l'espace-temps observée par des astronomes en 2019 a révélé l’existence d’un objet particulier, difficile à classifier. Il pourrait être soit un petit trou noir, soit une étoile à neutrons d’une taille très importante voire même la première «étoile à neutrons noire».

Un groupe international d’astrophysiciens a détecté une nouvelle onde gravitationnelle, baptisée GW190814. La découverte a été annoncée dans la revue Astrophysical Journal Letters. Enregistrée le 14 août 2019, elle serait issue de la fusion d'un trou noir et d'un objet difficile à catégoriser car sa masse est trop petite pour être celle d’un trou noir mais trop importante pour une étoile à neutrons.

L’objet peut donc être soit le trou noir le plus petit, soit l'étoile à neutrons la plus lourde jamais découverte, notent les chercheurs. Il a fusionné avec un trou noir de 23 masses solaires. Les plus petits trous noirs ont habituellement une masse d’au moins cinq fois celle du Soleil, et la masse des étoiles à neutrons fait au maximum 2,5 fois celle du Soleil. Or, la masse de cet objet cosmique est de 2,6 fois la masse solaire, ce qui tombe dans une fourchette qui n’a jamais été encore enregistrée pour une étoile connue.

Des théories à réviser

Leur découverte remet en question tous les modèles actuels de formation et de distribution de masse des systèmes binaires d'objets compacts, annoncent les astronomes. La BBC a surnommé cet objet une «étoile à neutrons noire».

Le signal enregistré par les astronomes provient d’un rapprochement en spirale de deux trous noirs de masse stellaire formant un couple binaire, qui fusionnent ensuite en un seul astre compact, explique le magazine Futura Sciences. Une partie de la masse totale des deux objets a été convertie en ondes gravitationnelles. L'évènement s'est produit à environ 1,3 milliard d'années-lumière de la Voie lactée.

La première détection directe sur Terre des ondes gravitationnelles de la théorie de la relativité générale d'Einstein a eu lieu le 14 septembre 2015. L’ondulation de l’espace-temps GW190814 était l’une des plus fortes jamais observées. Elle a disparu sans laisser de traces quelques instants après avoir atteint la Terre. Près d’un an plus tard, les astronomes ont présenté une analyse détaillée de la détection des ondes gravitationnelles de cette collision.
 

Lire aussi:

L'ancien international de rugby Christophe Dominici retrouvé mort dans les Hauts-de-Seine
Pour Macron, «le pic de la seconde vague est passé», une «nouvelle étape» s'annonce
Bill Gates prédit l'apparition d'une nouvelle pandémie
Un destroyer américain viole la frontière russe près de Vladivostok
Tags:
espace, trou noir, astronomie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook