Sci-tech
URL courte
330
S'abonner

Des chercheurs russes et chinois affirment que des méthodes de biologie moléculaire peuvent aider à diagnostiquer le cancer du rein à un stade précoce. Ils ont conclu que l'atténuation de la synthèse biologique de la cadhérine 4 dans le tissu rénal peut signaler le début de la transformation des cellules normales en cellules malignes.

Le professeur et chercheur à l'Institut des systèmes vivants de l’université fédérale de la Baltique Emmanuel Kant de Kaliningrad, Liudmila Matskova, en collaboration avec des collègues chinois, a exposé un moyen de détecter le cancer du rein à un stade précoce grâce à des techniques de biologie moléculaire. Cela permettra d'améliorer l'efficacité du traitement de cette maladie, comme l’indique le service de presse de l’établissement.

Selon elle, dans la plupart des cas, le cancer du rein est asymptomatique. Elle précise que les manifestations cliniques ont tendance à se produire à un stade avancé, lorsque le traitement n’est plus particulièrement efficace.

De plus, Mme Matskova note que le diagnostic de la maladie sur la base des méthodes de biologie moléculaire permettra de détecter la maladie aux stades initiaux. À cet égard, un médecin sera en mesure de prescrire à un patient le traitement nécessaire.

L’importance d’une grande quantité d’une substance spéciale

D’après elle, les scientifiques ont découvert que les cellules cancéreuses du rein contiennent moins de cadhérine 4, substance qui lie les cellules les unes aux autres et les empêche de se diviser, par rapport à celles qui sont saines. Ainsi, les chercheurs ont réussi à montrer que l'atténuation de l'expression (synthèse biologique) de la cadhérine 4 dans le tissu rénal peut signaler le début de la transformation des cellules normales en cellules malignes.

Les scientifiques ont conclu que les résultats de l'étude, publiée dans la revue Medical Science Monitor, aideront à détecter le cancer du rein plus rapidement et plus précisément, y compris divers sous-types de tumeurs.

Lire aussi:

Ces bonnes habitudes à prendre pour perdre du poids, selon une nutritionniste
Deux ex-agents secrets français condamnés à 8 et 12 ans de prison pour trahison
La Chine assure qu'une pneumonie inconnue «beaucoup» plus mortelle que le Covid-19 se propage au Kazakhstan
Tags:
étude, chercheurs, reins, cancer
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook