Sci-tech
URL courte
Par
131
S'abonner

Analysant le spectre de réflexion d’un des astéroïdes qui tournent autour de la Planète rouge, des astrophysiciens ont découvert que le composé chimique de ce corps céleste est presqu’identique à celui de la Lune. Ils n’excluent pas qu’il s’agisse d’un fragment de notre satellite qui s’en serait séparé à une époque lointaine.

Un des astéroïdes circulant dans le champ gravitationnel de Mars a étonné les scientifiques par sa ressemblance avec la Lune du point de vue de sa composition chimique, ce qui soulève nécessairement plusieurs questions sur son origine, écrit Science Alerte.

Il s’agit de l’astéroïde 101429 (1998 VF) qui fait partie d'un groupe d'astéroïdes troyens de Mars qui se trouve aux alentours de deux points de Lagrange du système Soleil-Mars.
Utilisant le spectrographe X-SHOOTER du Très Grand Télescope de l'Observatoire européen austral au Chili, des astronomes irlandais ont examiné la lumière du soleil qui se reflétaient sur 101429 et sur des astéroïdes troyens voisins.

Il s’est avéré que son spectre était presque identique à ces parties de la Lune où se trouvent des terrains rocheux ouverts telles que l'intérieur des cratères et les montagnes. D’où la conclusion que 101429 pourrait bien représenter un fragment ancien de la croûte de la Lune.

«Le premier système solaire était très différent de ce que nous voyons aujourd'hui. L'espace entre les planètes nouvellement formées était plein de débris et les collisions étaient courantes. De gros astéroïdes frappaient constamment la Lune et d'autres planètes. Un fragment d'une telle collision pourrait atteindre l'orbite de Mars, alors planète en formation, et être capturé par un nuage d'astéroïdes troyens», explique Apostolos Christou, l’un des auteurs de l’étude.

D’autres explications possibles

Cependant, les chercheurs n’excluent pas d'autres explications. Par exemple, il pourrait s'agir d'un fragment de Mars qui s'en serait détaché à la suite d'une collision ancienne, ou d'un astéroïde typique qui a acquis un spectre «lunaire» en raison de l’érosion causé par le rayonnement solaire.

Afin de tirer une conclusion finale concernant l'origine de l'astéroïde 101429, il est nécessaire de poursuivre les observations à l'aide de spectrographes plus puissants, poursuivent les scientifiques. De plus, des données supplémentaires pourraient être obtenues lors de la mise en œuvre de futures missions martiennes qui, en route vers la Planète rouge, pourraient étudier ses astéroïdes troyens.

Lire aussi:

Les Bleus ont renoncé au dernier moment à mettre un genou à terre au début du match France-Allemagne et voici pourquoi
Castex annonce la levée du couvre-feu et la fin du port du masque en extérieur
Les temps forts du sommet Poutine-Biden à Genève
Tags:
gravitation, Mars, astéroïde
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook