Sci-tech
URL courte
Par
5212
S'abonner

L’agence spatiale russe Roscosmos projette d’envoyer un appareil embarquant des plantes et des animaux en dehors du champ magnétique de la Terre afin d’obtenir des données sur l’impact de telles conditions sur les êtres et organismes vivants. Ces informations devront aider à préparer des équipages à des vols spatiaux de longue durée.

Roscosmos a proposé à l’Institut de problèmes médico-biologiques et à l’Agence médico-biologique fédérale d’envoyer un vaisseau spatial en dehors du champ magnétique de la Terre avec à son bord des plantes et des animaux.

Selon une source de Sputnik dans le secteur aérospatial, les résultats de cette mission pourraient fournir des données uniques pour la préparation des équipages à des vols spatiaux de longue durée, y compris vers la Lune et d’autres planètes du système solaire.

L’interlocuteur de Sputnik signale que Roscosmos a proposé d’aménager le satellite biologique Bion-M pour le projet Kovtcheg (arche) qui prévoit le lancement d’un appareil spatial à une orbite de 20.000 kilomètres pour quatre semaines afin de mener des études dans le domaine de la biologie, de la physiologie et de la biotechnologie spatiales. À cette altitude est située la ceinture de radiations extérieure. Le projet Bion-M prévoit pour sa part l’envoi d’animaux, de plantes, d’insectes et de micro-organismes à une altitude d’environ 800 kilomètres, où est située la ceinture intérieure.

Ces ceintures accumulent des particules chargées lourdes venant depuis l’espace et le Soleil et capables de «casser» l’ADN et la microélectronique. Ainsi elles protègent les organismes vivants contre les radiations spatiales.

Un vol techniquement réalisable

Étant donné que le projet Kovtcheg est absent du programme spatial fédéral, Roscosmos a jugé utile de modifier les objectifs de Bion-M. Selon l’interlocuteur de Sputnik, le concepteur de l’appareil estime que l’idée est techniquement réalisable.

«Le lancement de l’appareil pourrait être réalisé par la nouvelle fusée Soyouz-5 dans le cadre de ses essais en vol», a-t-il précisé.

L’idée a été discutée à Moscou le 2 février. La décision sera prise dans le courant du mois. Le lancement de Bion-M était prévu pour 2024.

Le premier lancement de la fusée Soyouz-5 dans le cadre des essais en vol était initialement prévu pour la fin 2023. Trois lancements doivent avoir lieu d’ici 2025.

Pour l’heure, les scientifiques ne disposent pas de données confirmées sur le fait que des organismes vivants survivront à un long séjour en dehors des ceintures de radiations. Le plus long vol spatial à ce jour a été effectué par l’équipage du vaisseau américain Apollo-17. Au total, le vol et le séjour sur la Lune avaient duré 12 jours et demi. Le vol de la sonde soviétique Zond 5 avec des tortues à bord, les premiers êtres vivants à avoir survolé la Lune, avait duré six jours et demi.

Lire aussi:

Un centre culturel turc des Vosges abritait une colonie de vacances clandestine
Le prototype Starship de SpaceX réussit son atterrissage, puis explose
Refus de la laïcité chez les jeunes Français: jusque dans les salles de classe, le modèle américain s’impose
Déchéance de la nationalité pour les Algériens auteurs de graves préjudices aux intérêts de l’État
Tags:
mission, Holding spatial russe Roscosmos, Lune
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook