Sci-tech
URL courte
Par
1142
S'abonner

L’éruption du Vésuve en 79 a créé un nuage de chlorures et de cendres incandescentes qui a tué la quasi-totalité des habitants de Pompéi en seulement 17 minutes, explique une récente étude.

La destruction de Pompéi par l’éruption du Vésuve en 79 après J.-C. ne cesse d’attirer la curiosité des chercheurs. Ainsi, les auteurs d’une étude publiée récemment dans la revue Scientific Reports ont pris le soin de calculer le temps vécu par les habitants de la ville romaine après la célèbre éruption.

Pour y parvenir, les chercheurs dirigés par Roberto Isaia de l’Observatoire du Vésuve à l’Institut national de géophysique et de volcanologie, en Italie, ont mesuré la vitesse d’écoulement pyroclastique, c’est-à-dire du flux de morceaux de lave solidifiée, de cendres et de gaz chauds qui avait dévalé la pente du Vésuve le 25 octobre 79, à la deuxième journée de l'éruption.

Selon leurs conclusions, ce nuage composé de CO2, de chlorures, de particules de cendres incandescentes et de verre volcanique avait une température de plus de 100°C et a englouti la ville en l’espace de 17 minutes, ce qui a suffi pour que ses habitants périssent étouffés. Ceux qui en auraient échappé sont morts quelques minutes plus tard à cause de la pluie de lapilli qui s’est abattue sur Pompéi après l’éruption.

Récentes découvertes sur le site

En novembre dernier, le site archéologique avait annoncé que les restes de deux victimes de l’éruption de 79 avaient été retrouvés et leurs corps reconstitués dans la position qu’ils avaient au moment de leur mort.

En décembre 2020, les archéologues ont annoncé une découverte pas comme les autres: un thermopolium, sorte de «fast-food» de rue dans la Rome antique, orné de motifs polychromes et dans un état de conservation exceptionnel.

Plus récemment, le parc archéologique de Pompéi a dévoilé un grand char de cérémonie, retrouvé dans un excellent état à quelques centaines de mètres seulement au nord de la ville ensevelie.

En 2019, Pompéi a accueilli plus de 3,9 millions de visiteurs. Il est le troisième site le plus visité d’Italie après le Colisée de Rome et le musée des Offices de Florence. Pour le moment, seul un tiers du site, qui s’étend sur 44 hectares, a été mis au jour par les archéologues.

Lire aussi:

«Toutes les personnes qui vont aller se faire vacciner sont des cobayes», lance une députée française
L’Iran suspend sa coopération avec l’UE dans plusieurs domaines
«Reprendre le pouvoir»: «Une partie des endormis va se réveiller», prédit François Boulo
Tags:
archéologie, volcan, Pompéi, Vésuve, Italie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook