Sci-tech
URL courte
Par
91056
S'abonner

Des scientifiques britanniques et allemands ont pour la première fois prouvé expérimentalement qu’il est possible d’implanter et ensuite d’effacer de faux souvenirs dans la mémoire de plusieurs personnes. Les techniques employées pourraient servir à la police et à la justice.

On pourrait croire à un nouveau remake du film Total Recall basé sur une nouvelle de science-fiction de l’écrivain américain Philip Dick, mais il n’en est rien. Ce sont des chercheurs de l'université de Portsmouth, au Royaume-Uni, et des universités de Hagen et Mayence, en Allemagne, qui ont publié une nouvelle étude montrant que certaines techniques sont capables d’implanter et puis de retirer de faux souvenirs du cerveau sans altérer les vraies informations mémorisées.

Il y a beaucoup de recherches psychologiques qui mettent en évidence que des souvenirs récupérés peuvent être faux et malléables. C’est la première fois pourtant que les scientifiques prouvent qu’il est possible d’effacer en toute sécurité ces «mémoires programmées».

Deux stratégies pour se défaire des faux souvenirs

Les chercheurs ont recruté 52 participants et, avec l’aide de leurs parents, ont reconstitué quatre événements d’enfance. Deux de ces souvenirs étaient réels et deux autres étaient faux mais plausibles. Lors de multiples entretiens, les participants se sont remémorés chaque situation pour finalement être convaincus que les faux événements s'étaient réellement produits.

Pour effacer les faux souvenirs, les chercheurs ont tenté avec succès deux stratégies. La première consistait à rappeler aux participants que les souvenirs peuvent être basés non seulement sur une expérience personnelle mais aussi sur un récit d’un membre de la famille ou une photo. La deuxième stratégie était de leur expliquer que les demandes de se rappeler à plusieurs reprises de quelque chose peuvent en fait programmer des souvenirs.

Selon le docteur Hartmut Blank, du département de psychologie de l'université de Portsmouth et co-auteur de l’étude, «en sensibilisant les participants à la possibilité de faux souvenirs, en les exhortant à réfléchir de manière critique sur leurs souvenirs et en renforçant leur confiance en leur propre point de vue, nous avons pu réduire considérablement leurs faux souvenirs. De plus, et surtout, cela n'a pas affecté leur capacité à se souvenir des vrais événements».

Les techniques d’entrevue utilisées lors de l’étude pourraient servir au système judiciaire pour éviter ou au moins minimiser les risques d’accusations injustifiées qui reposent sur de faux souvenirs présentés comme preuves. Les chercheurs soulignent que l’ensemble des procédés, qui ont été méthodiquement identifiés, peuvent être mis en pratique et avoir un impact positif sur les actions judiciaires.

 

Lire aussi:

«Toutes les personnes qui vont aller se faire vacciner sont des cobayes», lance une députée française
L’Iran suspend sa coopération avec l’UE dans plusieurs domaines
«Reprendre le pouvoir»: «Une partie des endormis va se réveiller», prédit François Boulo
Un mort et un blessé par balles devant un hôpital à Paris - images
Tags:
souvenir, mémoire, psychologie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook