Sci-tech
URL courte
Par
519191
S'abonner

La lutte contre le variant Delta, qui prend de l’ampleur, devient un casse-tête pour de nombreux pays. Dans ce contexte, l’entreprise Pfizer a publié ce 28 juillet une présentation affirmant qu’une troisième dose du vaccin augmentait considérablement le nombre d'anticorps et rendait la protection 100 fois plus efficace contre le variant Delta.

Une troisième dose du vaccin Pfizer contre le coronavirus peut rendre jusqu’à 100 fois plus efficace la protection contre le variant Delta, selon les données publiées ce mercredi par l'entreprise américaine.

Elle indique notamment qu'après la troisième dose du vaccin le nombre d'anticorps était plus de cinq fois plus élevé chez les personnes âgées de 18 à 55 ans et de plus de 11 fois plus élevé chez les personnes âgées de 65 à 85 ans, selon les études.

Israël enquête

Alors que la nécessité d’une troisième dose suscite des débats, Israël s’est lancé dans ses propres études.

«Il n'y a pas de données précises sur l'efficacité du troisième vaccin, nulle part dans le monde. Mais Israël a été le premier pays à se vacciner très tôt. Et maintenant, le nombre d'anticorps est en baisse. C’est pourquoi nous devrons prendre la décision sur le troisième vaccin sur la base de nos propres recherches», a expliqué à Sputnik le professeur Arnon Afek du centre médical Sheba et directeur par intérim de l'hôpital Tel HaShomer

L'étude des chercheurs israéliens se déroulera en trois étapes sur différents groupes d'âge, compte tenu de l'état de santé des patients.

«Pour l'instant, nous accordons un troisième vaccin aux personnes qui sont les plus en danger. C'est des gens qui ont des problèmes immunitaires, comme des personnes qui ont des organes transplantés. On fait tout ça avec soin, en surveillant et en enregistrant les données. À la prochaine étape, nous allons commencer à faire une troisième injection de vaccin aux personnes très âgées. La prochaine étape pourrait être la vaccination de nos propres soignants qui ont accepté de participer à l'étude», a précisé le professeur.

Pour rappel, Israël a réussi à mener l'une des campagnes de vaccination les plus efficaces au monde, avec environ 57% de sa population entièrement vaccinés. 61,6% ont reçu une première dose depuis le 20 décembre 2020. Mais, avec l’arrivée du variant Delta, il y a eu une augmentation des infections.

Plus de 2.000 cas d'infection par le coronavirus ont été enregistrés en Israël en 24 heures le 27 juillet pour la première fois depuis mars, selon le ministère de la Santé du pays.

Des études portant sur l’efficacité du vaccin Pfizer

Une étude sur l’efficacité du vaccin Pfizer a conclu que, pendant six mois, son efficacité était de 91%. Tous les deux mois, l'efficacité de la préparation dans la prévention de l'infection par le nouveau coronavirus, causant même des symptômes mineurs, a diminué de 6% en moyenne. Un taux d'efficacité de 96% a été enregistré dans les deux mois suivant la vaccination et a été ramené à 84% six mois plus tard. Une prépublication de cette étude a été mise en ligne le 27 juillet sur le site medRxiv.

Plus de 44.000 volontaires ont participé à cette recherche. La prépublication indique que si l'efficacité du vaccin diminue avec le temps au rythme décrit dans l’article l'efficacité de la préparation sera inférieure à 50% dans les 18 mois suivant la vaccination. Dans ce cas, la répétition de la vaccination sera nécessaire.

Toujours selon l’étude, l'efficacité du vaccin dans la prévention d’une forme grave de la maladie était de 97%.

Une autre étude relayée par la revue New England Journal of Medicine constate que deux doses du vaccin de Pfizer-BioNTech offrent une protection de 88% face au variant Delta, contre près de 94% pour le variant Alpha, dit britannique.

Lire aussi:

Des Casques bleus accusés d’abus sexuels, «la réputation de l’Onu est en jeu»
La maison d’édition Nawa bientôt dissoute par Gérald Darmanin
La France rappelle ses ambassadeurs à Washington et Canberra pour consultations
Tags:
Pfizer, vaccin, Covid-19
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook