Société
URL courte
18227
S'abonner

Le réseau social, qui compte à l’heure actuelle 1,5 milliard d'utilisateurs dans le monde entier, n'a pas d’option de fermeture automatique des pages d'utilisateurs décédés.

Selon les experts, Facebook, le réseau social le plus populaire à l'heure actuelle, deviendra d'ici la fin du siècle un énorme cimetière virtuel, les pages d'utilisateurs décédés n'étant pas fermées, annonce le quotidien Daily Mail.

Un chercheur de l'Université de l'Etat du Massachusetts (Etats-Unis) a calculé que d'ici 2098, Facebook comptera plus de pages de personnes décédées qu’appartenant à des personnes en vie.

Le réseau social, qui compte à l’heure actuelle 1,5 milliard d'utilisateurs dans le monde entier, n'a pas d’option de fermeture automatique des pages d'utilisateurs décédés. Selon le même chercheur, le réseau dirigé par Mark Zuckerberg n'a pas l'intention de revoir sa politique dans ce domaine.

Actuellement, si une personne enregistrée dans le réseau décède, les spécialistes de la compagnie transforment sa page en «compte de commémoration».

La page peut être fermée seulement par un proche qui connaît le mot de passe, mais étant donné que ce dernier est habituellement tenu en secret, elle a toutes les chances d'exister sur Facebook pendant encore très longtemps.

Les experts de la compagnie Digital Beyond, spécialisée dans le contrôle de l'information numérique, ont indiqué que 970.000 utilisateurs de Facebook mourraient d'ici fin 2016 et que leurs pages seraient conservées sur le réseau. 
Pour le moment, Facebook s'abstient de commenter cette situation.

Lire aussi:

Facebook se lance dans la réalité virtuelle
Après l’Allemagne, la France s’en prend à Facebook
Quand Facebook et WhatsApp servent à vendre drogues et animaux rares
Un Boeing 737 se disloque lors de l'atterrissage en Inde, 20 morts et plus de 100 blessés - images
Tags:
pages, Facebook, Inc, Mark Zuckerberg, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook