Société
URL courte
Crise migratoire en Allemagne (2016) (45)
12146
S'abonner

Avec la crise migratoire, la demande de coffres-forts en Allemagne s’est notablement accrue, a déclaré à Sputnik le représentant commercial de la société Hansa Tresor de Brême, Wolfgang Meier.

Le sentiment de peur et d'absence de protection incitent les Allemands à garder leur argent et objets précieux dans des coffres-forts, et avec le début de la crise des migrants, la demande a manifestement augmenté dans le pays, a indiqué à Sputnik Wolfgang Meier, de Hansa Tresor, société située à Brême et spécialisée dans la fabrication et la vente de ce genre de produit.

« Cela touche surtout les particuliers, et ce comportement des clients s'explique par la hausse du nombre de vols commis par effraction en Allemagne », a estimé l'interlocuteur de l'agence.

Et de préciser que la demande avait manifestement augmenté au cours de ces deux dernières années.

« Je peux même dire quand cela a commencé au juste. Cela coïncide effectivement avec l'afflux d'étrangers. Nombreux sont ceux qui le regardent ainsi, pas moi », a poursuivi M. Meier.

Selon ce dernier, le nombre d'Allemands souhaitant acheter un coffre-fort a augmenté de 20 à 25 %, alors la demande en la matière ne cesse de croître.

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

Dossier:
Crise migratoire en Allemagne (2016) (45)

Lire aussi:

Héritage de Tito : la Serbie intriguée par le contenu des coffres-forts du défunt dictateur
Japon : 6.000 coffres-forts avec 32 millions de dollars découverts après le séisme
USA : cambriolage de la maison de Steve Jobs
Tags:
crise migratoire, crainte, cambriolage, migrants, réfugiés, Hansa Tresor, Sputnik, Wolfgang Meier, Brême, Allemagne
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook