Ecoutez Radio Sputnik
    Bitcoin

    Halal, haram, kasher ou pas? les cryptomonnaies passées au crible des religions

    © Sputnik. Vladímir Astapkovich
    Société
    URL courte
    511

    Face à la montée fulgurante des cryptomonnaies, les religions traditionnelles réagissent. Certaines condamnent les monnaies virtuelle, d'autres les tolèrent, certaines encouragent les dons en bitcoin et d'autres vont plus loin encore...

    Alors que la folie des cryptomonnaies est vue par certains observateurs comme l'émergence d'une nouvelle religion, les confessions traditionnelles tentent de formuler leur position face à de ce phénomène qui ne cesse d'attirer de nouveaux adhérents.

    Le monde musulman prudent

    Récemment, le chef de la République tchétchène Ramzan Kadyrov se référant au grand mufti de la région a fait savoir qu'il était encore tôt pour décider de la conformité des monnaies virtuelles aux règles de l'islam. Pourtant, le dirigeant tchétchène a souligné qu'en cas de menace «pour la politique, l'économie et la situation financière d'un État», les cryptomonnaies doivent être reconnues comme «haram».

    La Tchétchénie aurait ainsi démontré une tolérance exemplaire en la matière, surtout en comparaison avec le double coup dur subi par les monnaies numériques en Égypte: en décembre dernier, l'Autorité égyptienne de surveillance financière (EFSA) avait reconnu comme illégal tout commerce de la cryptomonnaie, et un mois après, le grand mufti de ce pays musulman Shawki Allam a émis une fatwa renforçant ce point de vue.

    D'après le dignitaire religieux, le bitcoin est susceptible de «nuire à la sécurité économique et sociale du pays» et présente le risque de faire tomber le système monétaire et financier qui régit actuellement les sociétés.

    La Présidence des Affaires Religieuses de Turquie, le Diyanet, avait également estimé en novembre que l'achat et la vente de monnaies virtuelles étaient incompatibles avec les normes islamiques en raison du manque de réglementation et des soupçons de liens avec des activités illégales.

    BitCoen, cryptomonnaie totalement kasher

    En aout dernier, l'entrepreneur Viatcheslav Sementchouk a introduit la première cryptomonnaie kasher, le BitCoen, destiné selon son concepteur à faciliter les échanges monétaires entre les communautés juives à travers le monde.

    Pour amuser les complotistes, la monnaie sera contrôlée par un Conseil des Six, composé de membres respectés des communautés juives. 10% de tous les BitCoens vendus seront utilisés pour financer des œuvres de charité, en conformité avec les canons du judaïsme.

    M.Sementchouk envisageait à l'époque d'émettre 100 millions de BitCoens. Toujours selon lui, plus d'une centaine de restaurants, magasins et sociétés kasher à travers le monde ont annoncé qu'ils accepteraient les BitCoen.

    Qu'en pensent les chrétiens?

    Dans le monde chrétien, c'est l'Église évangélique de l'International Christian Fellowship (ICF) qui a opéré une petite révolution: l'ICF de Zurich, en Suisse, a annoncé en janvier qu'elle acceptait désormais les dons en bitcoin.

    «Nous cherchons dans tous les domaines, comme la musique et la technologie, à être au diapason de notre époque», a déclaré alors le porte-parole d'ICF Nicolas Legler cité par l'agence de presse Idea.

    En novembre 2017, la compagnie Life Change a annoncé le lancement de la «première monnaie virtuelle chrétienne» baptisée Christ Coin. Selon une conception innovante, les Christ Coin devront être minés non par des ordinateurs, mais par des pratiques religieuses, des actes de volontariat et de charité. En dépit de ces termes clairs, le mécanisme reste ainsi assez obscur:

    L'Église orthodoxe russe a adopté une position plutôt attentiste à l'égard des monnaies numériques. Selon le porte-parole du Patriarcat de Moscou Hilarion, il est «très important d'étudier la composante morale de ce phénomène» et l'Église devra un jour y prendre part.

    Toujours d'après l'ecclésiastique, l'actuelle flambée des cryptomonnaies n'est qu'une nouvelle étape dans la mise en place d'une énorme pyramide financière, privée de tout fondement réel.

    Lire aussi:

    Le grand mufti d'Égypte énonce une fatwa contre le Bitcoin
    Cryptomonnaie, halal ou haram? La Tchétchénie veut une analyse en profondeur
    «Les cryptomonnaies, c'est un moyen de spéculation, et non d’échange»
    Tags:
    cryptomonnaie, religion, chrétiens, islam, Bitcoin, Eglise orthodoxe russe, Ramzan Kadyrov, Tchétchénie, Turquie, Egypte
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik