Ecoutez Radio Sputnik
    Un SDF

    La coopération franco-russe s’épanouit, le Samu social à Moscou en témoigne

    © Sputnik . Ilya Pitalev
    Société
    URL courte
    Anastassia Verbitskaïa
    1120

    La prise en charge des sans-abri à Paris comme à Moscou est un domaine qui n’est pas affecté par la situation politique internationale. La directrice du Samu social Moscou se félicite au micro de Sputnik de sa coopération avec la mairie de la ville et de l’attention que celle-ci porte à ce secteur.

    L'organisation caritative Nochlezhka, qui travaille à Saint-Pétersbourg depuis 1990, vient d'organiser à Moscou une conférence consacrée à l'aide aux sans-abri. Sputnik a saisi cette occasion pour prier Eva Bertrand, directrice du Samu social Moscou, de comparer les systèmes d'aide aux sans-abri à Paris et à Moscou, et de parler de la coopération entre la France et la Russie en la matière.

    Le Samu social de Paris, la première organisation en France à s'occuper des problèmes des sans-abris, a 25 ans. Cette initiative a été lancée sous Jacques Chirac, en 1993, précise Mme Bertrand. Le Samu social de Moscou, une «petite-fille» du Samu social de Paris, a, lui, quinze ans cette année. Il a été fondé en 2003 par le docteur Xavier Emmanuelli, qui est également fondateur du Samu social de Paris, ainsi que du Samu social international, lequel compte 18 organisations à travers le monde, dont une structure à Moscou.

    L'expérience française dans ce domaine n'est donc pas beaucoup plus longue qu'en Russie. Cependant, il existe des différences notables sur certains aspects.

    «Les situations des sans-abris en Russie et en France sont différentes en termes de profils de personnes que l'on voit dans la rue, de raisons pour lesquelles elles y sont arrivées. L'histoire de ces personnes est différente, les origines de ces gens sont différentes».

    «Aujourd'hui à Paris, le profil type de la personne sans-abri change. Une très grande partie de la population prise en charge, ce sont des familles, des personnes avec enfants et on est donc de plus en plus sur les profils de famille et aussi sur des femmes». Qui plus est, il s'agit souvent de familles de migrants, ajoute Mme Bertrand.

    Or, il se trouve qu'actuellement à Paris, les structures adoptées pour l'accueil de familles sont complètement dépassées, on n'y a plus de place. Et c'est un hébergement en hôtel qui se développe au niveau du Samu social de Paris, poursuit la militante. Des hôtels partenaires accueillent ces familles à la rue. C'est quelque chose qu'on ne voit pas du tout à Moscou.

    En outre, à Paris, 50% des personnes se retrouvent dans cette situation en raison d'un conflit familial: un divorce, une dispute avec ses parents, avec les personnes avec lesquelles vous partagez un logement. À Moscou en revanche, d'après les statistiques dont dispose Mme Bertrand, on a 50% de migrants de travail qui ont perdu leur emploi. Mais ce ne sont pas forcément des personnes qui viennent d'au-delà des frontières. Elles viennent le plus souvent de régions russes ou, moins souvent, de l'étranger proche.

    30% des personnes qu'accompagne le Samu social sont aussi en conflit familial (divorce, dispute avec les parents). Et ce sont souvent des personnes qui ont perdu leur logement en raison d'une vente frauduleuse, une chose qu'on trouve très rarement en France, selon la militante.

    Quant à la dernière catégorie de personnes qui se retrouvent dans la rue, elle représente environ le même pourcentage en France et en Russie. Il s'agit des personnes qui sortent de prison ou d'un établissement psychiatrique, soit environ 10% du total dans les deux pays.

    Le Samu Social n'est pas la seule ONG qui travaille en Russie, note Mme Bertrand. Caritas, par exemple, est une organisation caritative catholique qui travaille à Moscou et à Samara. Il s'agit plutôt d'accompagnement psychologique, d'art-thérapie. Alors que les équipes de Samu social sont pluridisciplinaires: on y trouve un médecin, un psychologue et un travailleur social.

    Le secteur d'aide aux sans-abri se développe en Russie également, ajoute l'experte. Outre Nochlezhka, on compte, entre autres, une organisation qui s'appelle Dom Drouzei (la Maison d'amis). C'est une équipe de médecins et d'infirmières qui font du travail de rue, des pansements, des soins dans la rue auprès des SDF. Il existe également un réseau de maisons, Noï (Noé), où les personnes hébergées doivent travailler en échange de la possibilité d'être logés et nourris. Il y a aussi Milosserdie (Miséricorde), qui offre des repas, des boissons chaudes, distribue des vêtements et propose même les services d'un coiffeur.

    Le Samu social de Paris est considéré comme une ONG mais il a un budget qui est assuré à environ 80% par le financement public. L'État est tout à fait conscient de la nécessité de travailler sur ces dossiers et de mettre des moyens à la disposition des plus vulnérables. À Moscou également, on constate une attention de plus en plus soutenue envers cette population, note la spécialiste.

    «Depuis le début des années 2010, il y a une vraie prise de conscience au niveau des personnes sans-abri, un vrai développement des structures, de centres mais aussi de brigades mobiles, principalement de travailleurs sociaux qui sont à Moscou et vont à la rencontre des personnes qui sont à la rue, et des brigades mobiles ont vu le jour en 2011», se réjouit Eva Bertrand.

    «Je pense qu'il y a une vraie prise en compte qui n'est pas seulement le fait des ONG, qui est également le fait de la municipalité», a-t-elle encore fait remarquer. Au niveau de la municipalité, il existe à Moscou un réseau de centres d'accueil d'urgence et d'accueil sur le long terme pour les personnes qui n'ont plus nulle part où aller.

    Pour ce qui est de l'influence de la situation politique souvent tendue au niveau international, elle n'empêche pas la coopération avec la mairie de Moscou, avec laquelle le Samu social Moscou a un partenariat. «Le dialogue se poursuit».

    «Je pense que les principales lignes d'action des ONG, qu'elles soient à Paris ou à Moscou, c'est un devoir d'humanisme auprès des populations qui sont les plus vulnérables. C'est la motivation qu'on retrouve dans les deux pays», conclut Mme Bertrand.

    Lire aussi:

    Paris veut mettre ses sans-abri sous cloche
    Agence immobilière du Secours catholique: déshabiller Pierre pour loger Paul?
    Paris interdit aux vieilles voitures, chasse aux pollueurs ou aux pauvres?
    Tags:
    aide humanitaire, sans-abri, SDF, Samu social, Paris, Moscou, Russie, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik