Ecoutez Radio Sputnik
    Pamela Anderson

    «Désolé, mais tu ne me laisses pas le choix»: Pamela Anderson réplique à Adil Rami en publiant un message

    © AFP 2019 THOMAS SAMSON
    Société
    URL courte
    14247
    S'abonner

    Après qu’Adil Rami a répondu aux accusations de Pamela Anderson, qui s’est dit blessée de manière «physique et émotionnelle», la star a répliqué sur Twitter. Elle a notamment publié une capture d’écran d’un message du footballeur disant «désolé, mais tu ne me laisses pas le choix».

    Ne voulant pas rester silencieuse face à la réponse d’Adil Rami à ses propos selon lesquels le footballeur l’avait blessée de «manière physique et émotionnelle», Pamela Anderson a fait une publication sur Twitter.

    ​«Menacer de faire du mal à mon fils. Menacer de me briser les jambes. Des menaces par textos. Des appels provenant de différents numéros. J'essaye de tout bloquer. Il existe des mails dans lesquels j'appelle ma famille à l'aide quand il était ivre au château Marmont à Los Angeles et qu'il me jetait par terre. On m'a dit d'être patiente...», affirme-t-elle, en maintenant ses accusations.

    Elle a également diffusé une capture d’écran d’un message du footballeur: «Désolé, mais tu ne me laisses pas le choix».

    Par la suite, une autre publication de la star a fait son apparition sur Twitter.

    ​«J’espère que cela fera démarrer une discussion. Je voulais croire que la France était le plus romantique pays au monde…»

    Pamela Anderson a annoncé le 25 juin sa rupture avec le défenseur de l'Olympique de Marseille qu’elle a accusé de mener «une double vie». Elle a également dévoilé sur le site de sa fondation les dessous de leurs relations en affirmant que le footballeur l’avait blessée de «manière physique et émotionnelle». Le 29 juin, soit trois jours après ces révélations, Adil Rami a démenti, sur Instagram, ces accusations en les jugeant «complètement fausses».

    Tags:
    rupture, message, réponse, Adil Rami, Pamela Anderson
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik