Ecoutez Radio Sputnik
    Un point de vente de pizza

    Confiée à un employé de pizzeria, la note d’une femme kidnappée l’aide à être sauvée de son propre mari

    © Sputnik . Vladimir Astapkovitch
    Société
    URL courte
    3504
    S'abonner

    Une Américaine de 32 ans, prise en otage et battue par son mari, a été sauvée après avoir laissé une note à un employé d’une pizzeria au Texas.

    Une femme kidnappée et abusée par son propre mari a réussi à être sauvée par la police du Texas grâce à une note. Elle l’a écrite pour demander de l’aide et l’a laissée à un employé d’une pizzeria Domino’s.

    La vidéo de caméra de surveillance obtenue par la chaîne de télé américaine CBS4 montre la femme entrer dans le restaurant, écrire une note et la remettre à l’employé. Selon lui, la femme qui a écrit cette note comprenant son adresse était blessée et sale mais restait calme.

    «Elle me l'a donnée et m'a dit de la mettre dans ma poche. Elle a dit: “J'ai besoin que vous me rendiez service et appelez le 911 dès que je pars pour leur dire d'être là dans 10 à 15 minutes. Pas de lumières, pas de sirènes, pour qu'ils puissent se garer près des sapins et entrer par la porte arrière”», a déclaré l'employé à CBS4.

    Une pizza salvatrice

    Selon le chef de la police Carlos Enriquez, interviewé par le journal américain El Paso Times, l’Américaine de 32 ans a été «autorisée à entrer» dans la pizzeria par son mari. Elle n’était autorisée qu’à récupérer une commande.

    Dès que la femme a quitté la pizzeria, les employés ont instantanément appelé les policiers qui ont ensuite retrouvé la victime à une douzaine de kilomètres du restaurant. Une fois arrivés sur place, les agents de police ont retrouvé cette femme «ligotée, bâillonnée et battue dans une pièce», selon M.Enriquez.

    Le mari de la victime, âgé de 22 ans, a été arrêté et placé en détention. Il est accusé de violence domestique ainsi que d’enlèvement.

    Tags:
    violences conjugales, violence domestique, pizza, Texas
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik