Société
URL courte
2310
S'abonner

Sous le hashtag #PasTaPotiche, des dizaines d’hôtesses d’accueil se sont mises à condamner le sexisme, les conditions de travail et les discriminations en racontant leurs histoires sur les réseaux sociaux.

Suivant les traces du mouvement #MeToo, plusieurs hôtesses d’accueil ont pris la parole, condamnant les attitudes sexistes à leur égard sous le hashtag #PasTaPotiche.

Anonymement, elles partagent leurs histoires sur la discrimination, les conditions de travail, les blagues salaces et même les attouchements.

Ainsi, selon un témoignage, alors qu’une hôtesse d’accueil était en mission au siège social à Paris, un canapé à côté de son stand portait le panneau «essayez-moi». «c’est vous qu’il faut essayer, mademoiselle?», a donc entendu sans cesse la jeune femme.

​Une autre hôtesse d’accueil raconte qu’elle a été filmée sous sa jupe lors d’un salon automobile.

​Ou encore cet autre témoignage, selon lequel une hôtesse vêtue d’une robe a entendu «elle [la robe, ndlr] vous moule bien le corps» de la part d’un visiteur.

​Comment tout a commencé

C’est le Tour de France de cet été qui a servi de déclencheur à cette activité sur les réseaux sociaux. Comme le veut la tradition, à chaque étape, des hôtesses font la bise aux vainqueurs sur le podium. Des militantes féministes ont qualifié cette tradition de «sexiste». En conséquence, une pétition a vu le jour. Elle a été signée 30.000 fois. Une polémique a suivi, tout en poussant une hôtesse d’accueil à lancer le #PasTaPotiche sur Twitter.

«On nous prend pour des potiches. Je n’ai pas signé pour faire plante verte et passer mon temps à ce qu’on me demande mon numéro», a-t-elle expliqué.

Lire aussi:

Un policier roué de coups à Paris lors de la manifestation contre la loi Sécurité globale – vidéos
Seul et en civil, un gendarme met en déroute une vingtaine d’individus qui tabassent un jeune
Le mystérieux «monolithe de métal» en plein désert américain a disparu
Voici la nouvelle attestation de déplacement à télécharger - photo
Tags:
sexisme, discrimination, accueil
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook