Société
URL courte
4266
S'abonner

En application de la loi sur «l'aliénation d'affection», datant du XIXe siècle, l’homme trompé par sa femme a traîné l’amant de cette dernière en justice.

Un tribunal de Caroline du Nord a octroyé 750.000 dollars à un mari trompé qui avait porté plainte contre l'amant de sa femme, lui reprochant d'avoir brisé son mariage, écrit l’AFP se référant à des médias américains.

Kevin Howard avait porté plainte devant le tribunal de Greenville après avoir découvert que son épouse, qui avait demandé le divorce après 12 ans de mariage, avait un amant depuis plusieurs mois.

«Elle m'a d'abord dit qu'elle voulait divorcer parce que je travaillais trop et que je n'étais pas souvent à la maison», a-t-il expliqué à la télévision locale WITN.

Mais l'enquête d'un détective privé a révélé qu'elle avait une liaison avec un collègue de bureau, selon CNN.

«Il est venu à la maison, nous avons dîné ensemble, nous avons partagé des histoires personnelles», a raconté M.Howard.

Il a porté plainte au civil au titre de la loi sur «l'aliénation d'affection», datant du XIXe siècle et dont l'origine remonte à une loi britannique de l'ère coloniale qui considérait alors les épouses comme une propriété de leur mari.

Cette loi, encore en vigueur dans cinq autres États américains (Hawaï, Mississippi, Nouveau-Mexique, Dakota du Sud et Utah), permet à un membre du couple de poursuivre celui ou celle qu'il prétend être responsable de la faillite de son mariage par des actes «injustes ou malveillants», selon le cabinet d'avocats Vavonese.

«Il est essentiel que les gens comprennent que le sacrement du mariage est important, particulièrement alors que l'on remet actuellement en question les principes moraux et les responsabilités des gens», a confié Kevin Howard à WITN.

Son avocate, Cindy Mills, affirme présenter au moins un cas de ce genre chaque année devant les tribunaux. En 2010, une de ses clientes avait obtenu 5,9 millions de dollars dans une affaire similaire.

La même année, un tribunal de Caroline du Nord avait octroyé neuf millions de dollars à une femme qui accusait la maîtresse de son époux d'avoir brisé leur union de 33 ans.

Selon le cabinet Vavonese, plus de 200 poursuites pour «aliénation d'affection» sont engagées chaque année dans l'État.

Lire aussi:

Un scientifique nucléaire iranien de haut rang assassiné près de Téhéran - images
Macron: «les images de l'agression» du producteur à Paris «sont inacceptables et nous font honte»
La Russie proteste suite à la violation de sa frontière par un destroyer US et se dit prête à réagir aux provocations
Comment les policiers ont justifié les coups portés sur le producteur de musique à Paris
Tags:
justice, États-Unis, divorce
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook