Ecoutez Radio Sputnik

    Voici pourquoi ce chef de la police intente une enquête contre lui-même

    CC0 / quentong
    Société
    URL courte
    271
    S'abonner

    Le superintendant de la police de Chicago a demandé à ce que soit ouverte une enquête contre lui-même après avoir appris qu’il avait été retrouvé endormi dans sa voiture près de chez lui.

    Le chef de la police de Chicago, Eddie Johnson, a été retrouvé endormi dans sa voiture garée près de chez lui par des agents ayant répondu à un appel. Le fonctionnaire a demandé à ce qu’une enquête interne soit ouverte, relate le Chicago Tribune.

    M. Johnson a affirmé qu'il n'avait pas pris les médicaments qui lui avaient été prescrits, ce qui l'avait conduit à s'endormir dans son véhicule de police alors qu'il rentrait chez lui après un dîner.

    «Je n'ai pas eu de symptômes quand j'ai quitté le restaurant», a-t-il déclaré. Mais il a commencé «à ressentir la même chose» que ce qu’il avait éprouvé il y a quelques années, en faisant référence à un incident survenu en janvier 2017 lorsqu'il avait failli s'effondrer à la fin d'une conférence de presse.

    Pas d’erreur de la part des agents

    Le porte-parole principal du département de la police a quant à lui publié une déclaration selon laquelle l’alcool n’avait joué aucun rôle dans cet incident.

    Le chef de la police n'a subi aucun test d’alcoolémie mais, selon lui, il ne s'agit pas d'une erreur de la part des agents ayant répondu à l'appel du passant l’ayant retrouvé endormi.

    «Si quelqu'un dort dans une voiture, cela ne veut pas dire qu'il est en état d'ébriété», a-t-il expliqué.

    Trois ou quatre véhicules de police ont répondu à l'appel, ainsi que le service d'incendie de Chicago.

    Le superintendant, âgé de 59 ans, a demandé à ce que soit «menée une enquête complète» sur l'incident. Les résultats, qui devraient normalement lui être présentés, le seront à son adjoint.

    Tags:
    enquête, Chicago, police, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik