Société
URL courte
0 31
S'abonner

Les chiens de petite taille risquent moins de développer des troubles articulaires ou un cancer que ceux de grande taille, indique une étude de l’Université de Californie, à Davis, publiée dans le Frontiers in Veterinary Science. En outre, les femelles golden retrievers sont plus susceptibles d’être atteintes d’un cancer que les mâles.

Des scientifiques américains ont découvert que les risques pour la santé issus de la stérilisation des chiens dépendent considérablement de la race. Les résultats de l’étude ont été publiés dans le Frontiers in Veterinary Science.

Une équipe de chercheurs de l’Université de Californie (UC) à Davis a analysé les données de plusieurs milliers de chiens de 35 races différentes sur une période de 15 ans d’observation dans un hôpital vétérinaire universitaire.

«Il existe une énorme disparité entre les différentes races» en ce qui concerne les conséquences de la stérilisation, a indiqué Benjamin Hart, auteur principal de l’étude et professeur émérite de l'UC Davis School of Veterinary Medicine, dans un communiqué.

Maladies prises en compte

«Il n’y a pas d’approche unique pour tous les chiens, lorsqu’il s’agit des risques pour leur santé. Des spécimens de certaines races ont présenté des problèmes, contrairement à d’autres. Certains ont développé des troubles articulaires, mais pas de cancer, ou l’inverse», a-t-il expliqué.

Les maladies des articulations, dont les dysplasies de la hanche et du coude, figurent dans la liste des conséquences possibles de la stérilisation, tout comme les maladies oncologiques tels que le lymphome, l’hémangiosarcome, le cancer des parois des vaisseaux sanguins, les tumeurs mastocytaires et l’ostéosarcome, le cancer des os.

Importance de la taille du chien

La vulnérabilité des chiens aux pathologies articulaires est liée à leur taille, ont révélé les chercheurs.

«Les races de chiens de petite taille ne sont pas concernées, tandis que la plupart des races plus grandes sont associées au développement de troubles articulaires», a souligné l’une des auteurs de l’étude, Lynette Hart.

Seuls les spécimens de deux races de chiens parmi les plus grandes, le dogue allemand et le lévrier irlandais, n’ont pas souffert de ces maladies après avoir été stérilisés, et ce indépendamment de l’âge.

Le taux d’apparition d’un cancer chez les races de petits chiens est resté bas, que le spécimen ait été stérilisé ou non, à l’exception du terrier de Boston et du shih tzu. Après la stérilisation, une augmentation des cas de cancer a été constatée chez ces races.

En fonction du sexe

Une autre découverte consiste en ce que le sexe du chien peut aussi faire une différence dans les risques pour la santé après la stérilisation. Alors que les terriers de Boston femelles stérilisées à l'âge de six mois, cas standard, n'avaient pas de risque accru de troubles articulaires ou de cancers par rapport aux chiens normaux, les mâles stérilisés avant l'âge de un an présentaient des risques considérablement accrus.

Des études antérieures ont montré que les femelles golden retrievers stérilisées à tout âge présentent un risque allant de 5 à 15% de plus de développer un ou plusieurs cancers par rapport aux mâles de cette race stérilisés.

Les auteurs de l’étude ont espéré que les résultats de leurs recherches aideraient les propriétaires de chiens à prendre des décisions raisonnables concernant la stérilisation.

Lire aussi:

La France annonce la plus importante hausse de cas de Covid-19 en plus de deux mois
Perdu en mer, un jeune garçon survit en se rappelant les conseils d’un documentaire
Un maire français frappé au visage et attaqué avec un feu d’artifice
Didier Raoult estime que le Covid-19 est désormais l'une des maladies respiratoires les moins graves - vidéo
Tags:
études, chercheurs, cancer, maladies, chiens
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook