Société
URL courte
Par
3416134
S'abonner

Inaugurée sur la place Saint-Pierre à Rome, la crèche de Noël avec ses santons cylindriques en céramique créés dans les années 1960-70 a été fustigée par certains fidèles évoquant «une honte» et une «horreur».

L’installation de la crèche de Noël et de ses santons inhabituels sur la place Saint-Pierre de Rome a provoqué l’indignation de certains fidèles sur les réseaux sociaux.

Inspirés des tendances d’art contemporain, les santons cylindriques en céramique, dont un astronaute, se dressent sur un tapis rouge.

Les figurines avec leur forme en sarcophage évoquant les arts sumériens et égyptiens ont été réalisées par l’institut d’art «F.A. Grue» de Castelli, village situé dans les Abruzzes et qui se spécialise dans la création d’œuvres en céramique depuis le 16e siècle.

Celles-ci ont été conçues entre 1965 et 1975, la période de la mission spatiale lunaire, ce qui explique l’apparition de l’astronaute, indique le Roma Report.

Cependant, cette crèche qui avait déjà été exposée en Terre Sainte n’a pas été apprécié de tous.

«Tout fout le camp, même la tradition ancestrale de la crèche au Vatican», a écrit sur Twitter le député européen RN Gilbert Collard, pour lequel les santons rappellent des «Playmobils» ou des «totems païens».

Certains veulent savoir si «c’est sérieux» et si cette crèche «n’est pas terminée». Une véritable «honte» ou «horreur», concluent-ils.

Avant l’inauguration de la crèche sur le parvis de la basilique Saint-Pierre, avec un sapin slovène de 28 mètres, le pape François a annoncé que «jamais comme cette année, l'arbre et la crèche contribuent à créer l’atmosphère de Noël favorable pour vivre avec foi le mystère de la naissance (du Christ, ndlr)».

Lire aussi:

«J’ai fait une bêtise mais elle n’a pas souffert»: l’ex-compagnon de la femme tuée à Alençon se livre
Un mort et plusieurs blessés après une fusillade dans l’Arizona
Alexeï Navalny interpellé à son retour en Russie
Tags:
Pape François, crèche, Vatican, Rome
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook