Société
URL courte
Par
2314
S'abonner

Des instructions pour augmenter à un niveau dangereux la concentration d’un additif chimique dans l’eau potable ont été données par des pirates informatiques en Floride. L’intrusion dans le réseau a été immédiatement remarquée et contrée.

Le système informatique d'une installation de traitement de l’eau à Oldsmar, une ville de près de 15.000 habitants en Floride, a été piraté par des hackers qui ont cherché à élever jusqu’à un niveau dangereux la concentration en un additif chimique, a fait savoir la police locale.

Le piratage a été remarqué et contrecarré, gardant hors de danger tous les consommateurs, a indiqué le shérif du comté. Il a précisé que le système informatique de la station avait été mis en place pour permettre aux utilisateurs autorisés d'y accéder à distance en cas de travaux de dépannage.

«Le technicien surveillait l'ordinateur comme il était censé le faire et a remarqué l’apparition d’une fenêtre indiquant un accès. Puis il a vu quelqu'un prendre le contrôle de la souris […] en ouvrant des programmes et en manipulant le système», a-t-il noté.

Les pirates ont multiplié par 100 la teneur de l’eau en hydroxyde de sodium.

«Une question de sécurité nationale»

Le produit est employé notamment pour ajuster le pH de l’eau et la purifier, mais également dans les nettoyants ménagers et la fabrication de savon. Il est inoffensif en petites quantités, mais peut devenir dangereux à des niveaux plus élevés.

Le sénateur Marco Rubio a évoqué l'attaque dans un tweet, estimant que la question devait être abordée comme «une question de sécurité nationale» et demandant au FBI de «fournir toute l’assistance nécessaire».

L'employé de l'usine a tout de suite donné l’alerte et il a été possible de remédier au problème.

Lire aussi:

Les USA imposent de nouvelles sanctions contre la Syrie, qui est sur la liste?
Plus besoin d’autorisation parentale pour vacciner les ados de 16 ans: «Le gouvernement ouvre une boîte de Pandore»
Un mort et un autre en réanimation: en Occitanie, le vaccin Pfizer accusé de tuer «des jeunes en pleine forme»
Tags:
hackers, eau, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook