Société
URL courte
Par
14767
S'abonner

Marion Maréchal dénonce de nouveau une censure à son encontre de la part de Facebook. Les brouilles de l’ancienne élue FN avec ce réseau social ne datent pas d’hier. Dans l’une de ses dernières publications sur Facebook, elle partageait son inquiétude sur la «remise en cause des libertés fondamentales» pendant la crise sanitaire.

La fondatrice de l’ISSEP (Institut de sciences sociales, économiques et politiques) et ancienne plus jeune députée au Parlement sous l’étiquette Front national (FN) Marion Maréchal connaît de nouveaux déboires avec Facebook.

Comme cela ressort des captures d’écran réalisées dans l’administration de sa page, Facebook a restreint l’accessibilité de son compte. La page fait désormais l’objet d’une diffusion limitée en raison «d’infractions répétées».

L’ancienne élue FN, actuellement en retrait de la vie politique, a qualifié cette décision de censure. «Facebook a décidé de me censurer indéfiniment en ne suggérant plus mes publications», a-t-elle fait savoir sur Twitter et Telegram le 22 juin.

La directrice de l’ISSEP ajoute qu’elle réfléchit «aux suites judiciaires à donner, car la liberté d’expression est un droit fondamental».

​En guise d’explication, Facebook avance que «trop de publications sur cette page ont enfreint nos standards de la communauté».

Page bloquée

Ce n’est pas la première fois que le réseau social se permet de recadrer Marion Maréchal. En février, Facebook avait bloqué sa page en raison du soutien qu’elle avait exprimé à Génération identitaire, mouvement politique dissous définitivement en mars 2021.

La même mesure a d’ailleurs été prise à l’encontre de Jordan Bardella, vice-président du Rassemblement national (RN). Il avait alors relayé sur Facebook le communiqué de son parti en réaction à la procédure de dissolution du mouvement, dénonçant une «dérive liberticide du gouvernement».

Si leurs pages ont ensuite été débloquées assez rapidement, les deux intéressés se sont vivement indignés du fait que les réseaux sociaux s’octroient le droit de contrôler la parole publique.

Posts sur Facebook

Dans ses posts sur Facebook, Marion Maréchal relaie principalement les dernières publications de son institut, l’ISSEP.

Le 21 juin, elle avait partagé une analyse réalisée par l’ISSEP où son auteur, le directeur du développement de l’institut Édouard Husson, affirme que depuis le début de la crise sanitaire «on constate un renoncement à défendre les libertés individuelles et collectives devant le principe de précaution sanitaire». Selon cette note, depuis le printemps 2020 la France assiste à une «dérive liberticide» inspirée probablement par la «propagande que la Chine communiste a déployée dans le monde». L’ISSEP critique la «fascination» des pays européens pour l’instauration d’un état d’urgence sanitaire durable et un basculement des sociétés vers un mode «tout numérique».

Dans une autre note d’actualité de l’ISSEP, relayée également par Mme Maréchal et datée du 21 mai, un collectif de juristes de l’institut s’inquiète de la «remise en cause des libertés fondamentales» pendant la crise sanitaire.

«Cette crise sanitaire porte une atteinte aux libertés fondamentales d’une ampleur sans précédent alors même que l’État de droit s’est potentiellement durablement affaibli», prétendent les auteurs de cette publication.
Tags:
Marion Maréchal-Le Pen, Facebook, censure, Covid-19
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook