Société
URL courte
Par
8326
S'abonner

Accusés de racisme suite à l’apparition d’une vidéo filmée au Japon, les footballeurs français Ousmane Dembélé et Antoine Griezmann ont présenté lundi leurs excuses. Le «Petit prince» du foot français possède des contrats avec des marques japonaises.

Antoine Griezmann et Ousmane Dembélé, pris dans une tourmente raciste déclenchée suite à la publication d’une vidéo avec la participation des deux footballeurs français, ont présenté ce 5 juillet leurs excuses. Les joueurs du club espagnol FC Barcelone, accusés de propos anti-asiatiques à l’encontre de Japonais, se sont expliqués presque à la même heure sur les réseaux sociaux.

Dans la vidéo en question datant de 2019 et relayée le 2 juillet, Ousmane Dembélé, qui a d’ailleurs reconnu en être l’auteur, s’est moqué en français de techniciens japonais en parlant de leurs «sales gueules». Antoine Griezmann, qui est resté plutôt silencieux au cours de la séquence, semble quant à lui rigoler de la situation.

Dans une story Instagram apparue ce lundi, Dembélé assure qu’en formulant ces propos il «ne visait aucune communauté» et qu’une telle scène «aurait pu se dérouler n'importe où sur la planète».

«J'aurais utilisé les mêmes expressions. Je ne visais donc aucune communauté. Il m'arrive d'utiliser ce genre d'expressions en privé, avec des amis, et ce peu importe leur origine», a-t-il expliqué sur le réseau social.

«Cette vidéo est désormais publique. Je conçois qu'elle ait pu heurter les personnes présentes sur ces images. De ce fait, je leur présente mes plus sincères excuses», s’est excusé l’international tricolore.

Antoine Griezmann, quant à lui, «réfute avec fermeté» les accusations à son encontre, mais s’est tout de même excusé auprès de «ses amis japonais».

L’origine de la polémique

La vidéo publiée le 2 juillet remonte à 2019, comme l’a confirmé Ousmane Dembélé. Le South China Morning Post indique que les faits ont eu lieu lors d’une tournée de préparation du FC Barcelone au Japon pour la Rakuten Cup. Dans la séquence, les footballeurs attendent probablement que les employés de l’hôtel règlent la console pour qu’ils puissent jouer à PES.

Les rires des deux joueurs mis à part, Ousmane Dembélé a également ironisé sur la langue japonaise.

«Toutes ces sales gueules pour jouer à PES mon frère, tu n’as pas honte», «Oh p*tain la langue», «Vous êtes en avance ou pas dans votre pays?», expose la voix derrière la caméra, qui s’est en effet avérée être celle de l’attaquant français.

Au fur et à mesure que la polémique prenait de l’ampleur, les réactions négatives se sont multipliées. Plusieurs internautes n’ont pas manqué de rappeler plusieurs éléments qui reliaient indirectement Antoine Griezmann au Japon.

Et même plus, le «Petit prince» du foot français a des contrats avec des marques japonaises: il est l’ambassadeur du jeu de cartes à jouer Yu-Gi-Oh!, comme le précise l’entreprise japonaise Konami. Le numéro 7 du Barça serait également la tête d’affiche de PES 2022, selon les images relayées par le site spécialisé Playscope.

Lire aussi:

Un appel national à la grève lancé parmi les soignants pour s'opposer à l'obligation vaccinale
Les mesures de restriction des activités reviennent en force malgré la campagne de vaccination
Les gangs de rue à l’assaut de Montréal: «La répression ne servira à rien»
Tags:
Antoine Griezmann, football, racisme
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook