Sports
URL courte
8120
S'abonner

La décision finale sur la participation de l’équipe russe aux JO 2018 à Pyeongchang doit être prise par le CIO début décembre. En attendant, l'AMA pourrait décider, jeudi, de ne pas restituer ses droits à l'Agence antidopage russe, bien que rien ne prouve l’existence d’un programme institutionnalisé de dopage en Russie.

L'Agence mondiale antidopage (AMA) ne restituera pas les droits à l'Agence russe antidopage (RUSADA) lors de la réunion du conseil des fondateurs de l'organisation, a fait savoir le journaliste allemand Hayo Zeppelt à la chaîne télé ARD.

Cette décision pourrait se traduire par la suspension de l'équipe russe des Jeux olympiques de 2018, qui auront lieu en Corée du Sud, a souligné M. Zeppelt.

«La Russie n'a pas reconnu d'implication au niveau de l'Etat dans le programme de dopage et n'a pas attribué l'accès à sa base d'échantillons, ce qui a été réclamé [par l'AMA]», a dit le journaliste.

En novembre 2015, l'AMA a accusé la Russie de nombreuses violations des règles d'antidopage. L'Agence a également émis une décision sur le non-respect par la RUSADA du Code de l'AMA. La question de la réhabilitation de la RUSADA sera analysée le 16 novembre.

Auparavant, le Daily Mail a communiqué que l'informateur de l'AMA Grigori Rodchenkov avait transmis de nouvelles informations à la commission du Comité international olympique concernant le dopage des athlètes russes.

La décision finale quant à la participation des sportifs russes aux Jeux de Pyeongchang doit être prise par la Commission exécutive du CIO début décembre.

Auparavant, le Président russe Vladimir Poutine, commentant les accusations à l'égard des athlètes russes, avait déclaré que cette affaire pouvait être liée à l'élection présidentielle russe de 2018.

Lire aussi:

Le Kremlin répond à Biden sur l’«annexion de la Crimée»
Opération de police au siège du FC Barcelone, le président Bartomeu arrêté
Netanyahou accuse l'Iran de l'attaque d'un navire israélien et promet de riposter
La Russie promet de répondre aux nouvelles sanctions européennes liées à l'affaire Navalny
Tags:
anti-dopage, dopage, JO 2018 de Pyeongchang, Agence antidopage russe (RUSADA), Agence mondiale antidopage (AMA), Comité international olympique (CIO), Grigori Rodchenkov, Corée du Sud, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook