Ecoutez Radio Sputnik
    Le site du groupe des cyberpirates Fancy Bears

    Fancy Bears: Richard McLaren avait pour mission de fermer l’accès des JO pour Moscou

    © Sputnik. Konstantin Chalabov
    Sports
    URL courte
    13273

    Les hackers Fancy Bears ont fait de nouvelles révélations après avoir piraté des courriers d’officiels du Comité international olympique (CIO). Ces lettres font la lumière sur la vraie mission de l’enquête de Richard McLaren qui a valu à la Russie la suspension aux Jeux olympiques, ainsi que sur des liens présumés de l’équipe McLaren avec le FBI.

    Richard McLaren, auteur du rapport sur le dopage en Russie, a reçu l’ordre politique d’écarter l’équipe russe des Jeux olympiques et de discréditer le mouvement olympique, affirment les hackers du groupe Fancy Bears qui ont piraté des courriels de plusieurs responsables du Comité international olympique (CIO).

    ​«Nous vous encourageons à étudier les échanges de lettres entre les fonctionnaires du CIO et le professeur de droit canadien Richard McLaren qui a initié l'enquête sur le dopage en Russie. Sa position dévoile son véritable objectif: donner des atouts aux Anglo-Saxons dans leur match contre le CIO plutôt que de lutter contre le dopage», affirment les hackers dans un communiqué publié sur leur site internet.

    D’après les Fancy Bears, un lettre indique notamment que M.McLaren a reçu l’ordre d’écarter la Russie des Jeux olympiques et de ternir l’image du CIO pour permettre à l’Agence mondiale antidopage (AMA) de pouvoir adopter d’une manière indépendante des sanctions.

    «Selon le directeur des affaires juridiques du CIO, Howard Stupp, Richard McLaren a reçu un ordre politique clair d'expulser l'équipe russe des Jeux et de discréditer le CIO et tout le mouvement olympique laissant l'AMA pêcher dans des eaux troubles», ont indiqué les hackers.

    ​Dans ce contexte, M.McLaren, qui s’est d’abord montré prêt à collaborer avec le CIO, en particulier avec les commissions Oswald et Schmid, a essayé d’éviter cette coopération après la publication du second rapport sur le dopage, sous le prétexte de voyages d’affaires ou de visites chez le dentiste. Sa position a provoqué l’indignation des officiels du CIO, selon les courriels cités par le groupe de hackers.

    Selon eux, ce stratagème avait pour objectif de garantir la domination des pays anglo-saxons sur la scène politique face aux pays européens.

    «Il est évident que les Américains et les Canadiens sont désireux d’évincer les Européens de la direction du mouvement olympique et d'obtenir la domination politique pour les nations anglophones», lit-on dans le communiqué.

    Les Fancy Bears attirent également l’attention de leurs lecteurs sur la composition de l’équipe de Richard McLaren qui comprend des personnes liées avec le FBI américain et des anciens employés des forces spéciales américaines et britanniques.

    «La lutte pour un sport propre ressemble à une opération spéciale où Richard McLaren joue le rôle d’écran de fumée pour des agents spéciaux. C'est loin de l'esprit de fair-play que les Anglo-Saxons prétendent protéger», ont conclu les Fancy Bears.

    Lire aussi:

    Le CIO annonce sa décision sur la participation de la Russie aux JO 2018
    Le sport et le mouvement olympique transformés en champs de «batailles politiques»
    La Russie annonce sa décision sur la participation aux JO 2018
    Tags:
    hackers, révélations, scandale, dopage, Comité international olympique (CIO), FBI, Agence mondiale antidopage (AMA), Fancy Bears, Howard Stupp, Richard McLaren, Royaume-Uni, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik