Sports
URL courte
Par
4184
S'abonner

Les équipements développés ainsi que la réaction rapide de la voiture médicale et de l’équipe anti-incendie, voilà ce qui a joué le rôle principal dans le sauvetage de Romain Grosjean dont la monoplace s’est enflammée dimanche après un crash spectaculaire lors du premier tour du Grand Prix de Bahreïn.

Neuf secondes après que la monoplace de Romain Grosjean a heurté une barrière de sécurité à 220 km/h, une voiture médicale et une équipe anti-incendie sont arrivées sur le lieu du crash. Le médecin Ian Roberts s’est précipité vers la voiture coupé en deux qui ressemblait, selon lui, à «un four, rouge, enflammé».

«On l'a vu commencer à sortir. On se demandait comment l'atteindre», raconte-t-il à l’AFP.

En effet, une vidéo réalisée depuis les airs montre que l’important incendie empêchait le médecin britannique de s’approcher du Français.

​«L'équipe anti-incendie est arrivée assez rapidement et l'extincteur a suffisamment repoussé les flammes pour nous permettre d'aider Romain à passer au-dessus de la barrière quand il a été debout», poursuit le médecin précisant que la «fenêtre était très courte» et que les flammes intenses sont ensuite revenues.

Ainsi, 28 secondes après le crash, le pilote était sauvé. Il ne restait qu’à le conduire vers l’ambulance qui l’a emmené au centre médical du circuit d’où, par hélicoptère, il a été transporté à l’hôpital.

Des équipements développés

Juste après le crash, Alan van der Merwe, le conducteur de la voiture médicale, a raconté aux journalistes qu’en 12 ans il n'a jamais vu autant de feu sur un impact.

«Il nous a fallu un tout petit peu de temps pour comprendre ce qu’il se passait. Je suis sûr que ça n'a duré qu'une seconde, mais ça m'a semblé une éternité. Et ensuite Romain a commencé à sortir tout seul, ce qui est incroyable après un choc comme celui-là», a-t-il raconté, cité par BFM TV.

Il a précisé tout de même que Grosjean devait son salut non seulement à la réaction rapide de la voiture médicale mais aussi aux équipements développés.

«C’était impressionnant, mais ça montre que tous les systèmes développés, de la barrière au halo, ont fonctionné. Avec un équipement en moins, cela aurait pu être différent», a-t-il conclu.

Crash spectaculaire

Dimanche 29 novembre, lors du premier tour du Grand Prix de Bahreïn, la monoplace de Romain Grosjean de la Haas F1 Team est entrée en contact avec celle du Russe Daniil Kvyat, représentant AlphaTauri, après quoi le Français a heurté à pleine vitesse les barrières de sécurité.

Dans l’impact, la voiture, coupée en deux, a instantanément pris feu. Le pilote sauvé, son équipe a par la suite annoncé aux médias que Romain Grosjean allait bien mais souffrait de «brûlures légères aux mains et aux chevilles».

Lire aussi:

«J’ai fait une bêtise mais elle n’a pas souffert»: l’ex-compagnon de la femme tuée à Alençon se livre
Un mort et plusieurs blessés après une fusillade dans l’Arizona
Alexeï Navalny interpellé à son retour en Russie
Une vingtaine de voyous s’attaquent aux pompiers de la Drôme avec des tirs de mortiers et des pierres
Tags:
sauvetage, Formule 1, Romain Grosjean
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook