Sports
URL courte
Par
119
S'abonner

Le corps de Diego Maradona ne subira pas de crémation, mais sera conservé afin de pouvoir prélever son ADN au cas où des tests de paternité seraient nécessaires.

La justice argentine a décidé que le corps de la star du foot Diego Maradona, joueur et entraîneur, devait «être conservé» au cas où son ADN serait nécessaire pour d’éventuels tests de paternité, annonce l’agence Reuters.
Cette décision a été prise alors que son avocat avait précédemment déclaré que des échantillons d'ADN avaient déjà été prélevés. Ainsi, son corps ne doit pas subir de crémation.

Diego Maradona comptait cinq enfants reconnus, quatre en Argentine et un en Italie, qu'il a eus lors de son séjour dans le pays, tandis que plusieurs autres revendiquent la filiation.

«El Pibe de Oro» (le gamin en or) ou encore «la mano de Dios» (la main de Dieu) est décédé des suites d'une crise cardiaque le 25 novembre à l’âge de 60 ans.

Son héritage

Différents sites estiment l’héritage de la star argentine entre 75 et 100 millions de dollars (soit de 63 à 84 millions d’euros), composé notamment de biens personnels (maisons, voitures et bijoux), de contrats et d'investissements en Argentine et dans différentes régions du monde. Le site Celebrity Net Worth affirme pour sa part que Diego Maradona a gagné au cours de sa carrière quelque 500 millions de dollars.

Selon le journal La Nacion, il a «au moins» cinq propriétés en Argentine, plusieurs voitures dont deux de luxe –une Rolls Royce Ghost de 300.000 euros et une BMW i8 de 145.000 euros–, ainsi qu’une bague en diamant à 300.000 euros et… un char amphibie, reçus alors qu’il était président d’honneur du Dinamo Brest, en Biélorussie.

Lire aussi:

Il braque un bar-tabac dans l'Oise puis entame une carrière de gendarme en Turquie
Lalanne risque cinq ans de prison pour son appel à l’armée visant à destituer Macron
Des centaines d’étudiants font la queue à Paris pour les distributions alimentaires – vidéo
Tags:
justice, ADN, Diego Maradona
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook