Sports
URL courte
Par
312976
S'abonner

Des footballeuses rennaises se sont entraînées en maillot mais sans short pour exiger une égalité de traitement avec les hommes. Elles dénoncent notamment les différences de moyens mis à leur disposition concernant l’équipement.

Le 7 mars, à la veille de la Journée internationale des femmes, les joueuses du club Cercle Paul-Bert (CPB) Bréquigny à Rennes (Bretagne) ont décidé de dénoncer les inégalités en s'entraînant sans short. Et ce, pour montrer quel équipement leur avait été fourni suite à leur qualification en Coupe de France.

​«Un simple maillot alors que les garçons ont toujours le maillot, le short et les chaussettes fournis», a expliqué à Ouest-France l’une des joueuses.

Comme les maillots qu’elles ont mis étaient taillés pour des hommes, et donc trop longs pour elles, ils les couvraient pendant le jeu tout en permettant de bouger sans gêne.

Du sexisme partout?

Mais les inégalités dénoncées ne s’arrêtent pas là. Ainsi, la deuxième division de football féminin ne peut toujours pas reprendre les matchs en raison de la crise sanitaire, à la différence des trois premières divisions masculines.

«Pareil pour la Coupe de France. Les instances disent OK pour les gars, non pour les filles. Quel que soit le contexte, les inégalités restent», constate une footballeuse.

Lire aussi:

La ville de Caudry pourra désormais priver des familles de «délinquants» d'aides sociales municipales
Tous vaccinés contre tous confinés: «il existe une troisième alternative»
La Russie annonce répondre à un déploiement massif de troupes de l'Otan à sa frontière
Tags:
sexisme, femmes, football, sport, Rennes
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook