Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Être en surpoids permettrait de mieux résister à certains cancers

CC0 / PDPics / Cancer
Cancer - Sputnik France
S'abonner
Un IMC supérieur à la moyenne ou élevé - souvent lié aux cancers, au diabète, aux maladies cardiovasculaires et autres - peut dans certains cas améliorer les chances de survie à certains cancers, indique une nouvelle étude de l'Université Flinders.

Les scientifiques de l’Université Flinders en Australie ont découvert que le surpoids pouvait aider à lutter contre certains cancers, relate EurekAlert!.

En se concentrant sur les essais cliniques de l'atézolizumab, un traitement d'immunothérapie commun pour le cancer du poumon non à petites cellules (CPNPC), des chercheurs australiens ont trouvé que ceux qui ont un indice de masse corporelle élevé (IMC) avaient une meilleure réactivité au médicament.

Les résultats de cette étude publiée dans JAMA Oncology sont surprenants et contrastent avec les avertissements réguliers concernant les risques pour la santé chez les patients en surpoids et obèses.

Une médecin - Sputnik France
«On n’y fait pas attention pendant des années»: une oncologue met en garde contre les symptômes du cancer
Au cours des essais de l’atézolizumab, les chercheurs ont constaté une réduction significative de la mortalité chez les personnes souffrant d’un CPNPC et ayant un IMC élevé, apparemment suite à un traitement par inhibiteur du point de contrôle immunitaire (ICI).

Nécessité de poursuivre les études

Les chercheurs estiment que de nouvelles études sont nécessaires pour comprendre le rôle potentiellement protecteur d’un IMC élevé dans d’autres traitements contre le cancer.

Sur les 1.434 malades étudiés par les chercheurs australiens, 49% étaient de poids normal, 34% étaient en surpoids et 7% étaient obèses.

L'OMS estime qu'au moins 2,8 millions de personnes meurent chaque année des suites d'une surcharge pondérale ou de l'obésité. Le surpoids et l'obésité entraînent des effets métaboliques indésirables sur la pression artérielle, le cholestérol et la résistance à l'insuline. Les risques de maladie coronarienne, d'accident vasculaire cérébral ischémique et de diabète sucré de type 2 augmentent régulièrement avec l'augmentation de l'indice de masse corporelle.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала