Violences urbaines dans le Val-d’Oise: «la police n’a aucune responsabilité» dans le décès de jeunes

© SputnikTensions à Argenteuil après la mort d'un jeune à moto, le 18 mai
Tensions à Argenteuil après la mort d'un jeune à moto, le 18 mai - Sputnik France
Ces derniers jours, le Val-d’Oise a été le théâtre de plusieurs nuits de violences suite au décès de jeunes hommes à moto à Argenteuil, puis à Montigny-les-Cormeilles. Au magazine Le Point, le patron de la police du département revient sur les faits et souligne que la rumeur sur l’implication des forces de l’ordre dans ces décès est fausse.

Le 17 mai au soir, le jeune habitant d’Argenteuil Sabri est décédé au guidon de sa moto. Dix jours plus tard, le 27 mai, c’est Kemyl, 18 ans, qui est mort sur le coup percuté par un train alors qu’il traversait la voie sur une mini-moto à Montigny-les-Cormeilles. Ces deux drames ont débouché sur des heurts avec les forces de l’ordre et la circulation de rumeurs implicant la police dans ces décès.

«À Montigny comme à Argenteuil, nous avons affaire à deux drames épouvantables. Deux jeunes arrachés à la vie. Comme directeur de la police, mais aussi comme père de famille, cela me touche. Pour autant, la police n'a aucune responsabilité dans ces drames», souligne dans l’interview qu’il a accordée au Point Frédéric Lauze, contrôleur général de la Police nationale, qui dirige les forces de l'ordre de la sécurité publique du Val-d'Oise depuis 3 ans.

Interrogé sur la source de l’apparition de cette information, l’interlocuteur du magazine montre du doigt les réseaux sociaux.

Véhicule de la police nationale - Sputnik France
Des heurts se poursuivent à Argenteuil, deux policiers blessés
«C'est une fake news provenant des réseaux sociaux. Derrière l'anonymat, certains tiennent des propos irresponsables et mettent systématiquement en cause la police nationale de manière fausse et scandaleuse. Ils poussent des gens à l'émeute.»

Problèmes avec DES jeunes

Revenant sur les événements du 27 mai, il explique que, comme à Argenteuil, plusieurs policiers ont été blessés.

Situation à Argenteuil après la mort d'un jeune dans un crash de moto le 17 mai 2020 - Sputnik France
Le jeune à moto mort à Argenteuil n'était pas poursuivi par la police, selon le parquet
«Les émeutiers tirent sur les policiers avec des mortiers. Nous avons retrouvé des cocktails Molotov, des pavés, des boules de pétanque stockés, prêts à l'emploi. Ce qui témoigne de la détermination d'une minorité d'individus violents qui cherchent à s'en prendre à l'intégrité physique des policiers et à embraser les quartiers», explique M.Lauze. Et de préciser que quelques interpellations avaient eu lieu.

Cependant, souligne-t-il, les événements ne concernent que «deux cents jeunes voyous» sur le près d’un million d’habitants que compte le département.

«Nous avons des problèmes non pas avec LES jeunes, mais avec DES jeunes. La différence n'est que d'une lettre, mais cela change tout lorsqu'on se représente la réalité. Je n'assimile pas la centaine de jeunes qui nous causent des problèmes avec les dizaines de milliers d'autres qui cherchent à se former, à travailler et à réussir dans la vie», explique le patron de la police du département.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала