Un dispositif «potentiellement salvateur» élaboré au Royaume-Uni pour se soigner du coronavirus chez soi

Les tests d’un inhalateur censé traiter les patients contre le Covid-19 à domicile et prévenir le développement d’une forme sévère ont été lancés au Royaume-Uni. Ces dispositifs sont chargés d’un médicament appelé interféron bêta qui stimule l’organisme pour former une réponse immunitaire à l’infection, indique Sciencetimes.

Des scientifiques britanniques de l’Université de Southampton ont créé un inhalateur «potentiellement salvateur» qui sert de traitement contre le Covid-19 à domicile. Ses essais sont actuellement menés à échelle nationale, indique Sciencetimes.

L'hydroxychloroquine - Sputnik France
L’OMS décide d’arrêter les tests de l’hydroxychloroquine dans la lutte contre le Covid-19
Le dispositif est chargé d’un médicament expérimental SNG-001 sous forme de vapeur qui se fait inhaler profondément dans les poumons. Le SNG-001 est composé d’une protéine appelée interféron bêta produite par le corps lors d’une infection virale. Le médicament est ainsi censé aider le système immunitaire à combattre l’infection.

L’inhalateur est susceptible d’empêcher les malades d’entrer dans une phase de détérioration rapide de leur état, lorsqu’ils développent des problèmes respiratoires.

Dans le cadre de ces essais, les patients commencent à se servir de l’inhalateur pendant 72 heures après l’apparition des premiers symptômes du Covid-19.

Ce traitement précoce pourrait prévenir les complications graves, les hospitalisations et la mort, souligne le professeur Nick Francis cité par le portail.

Xi Jinping - Sputnik France
La Chine promet de fournir son vaccin contre le Covid-19 aux pays africains
Après avoir commencé les essais en mai dernier, les chercheurs disent qu'ils publieront les résultats dès qu’au moins 120 personnes seront traitées.

Essais des vaccins

Faute de médicament susceptible de lutter contre le coronavirus, plusieurs pays mènent des recherches sur le vaccin. Des essais in vivo ont déjà été lancés en Chine, en Russie, aux États-Unis et au Royaume-Uni.

L’Union européenne devra recevoir 400 millions de doses de vaccin, selon un accord signé entre le groupe pharmaceutique AstraZeneca et l'Allemagne, la France, l'Italie et les Pays-Bas. Il s’agit de deux vaccins qui sont actuellement en cours de développement, notamment à Boston et en Europe. Le début de livraison est prévu en octobre.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала