Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

La Russie explique pourquoi l’Occident fait usage d’une «rhétorique antirusse»

© Sputnik . Natalia Seliverstova / Aller dans la banque de photosLe ministère russe des Affaires étrangères et le Kremlin
Le ministère russe des Affaires étrangères et le Kremlin - Sputnik France
S'abonner
Le vice-ministre russe des Affaires étrangères Andreï Roudenko a déclaré le 28 septembre que les Occidentaux se servaient de la «rhétorique antirusse» afin de renforcer leur propre «cohésion». Il a lancé cette explication lors du septième Forum des régions de la Russie et de la Biélorussie qui se tient les 28 et 29 septembre.

Sergueï Lavrov, chef de la diplomatie russe en interview avec les journalistes de Sputnik  - Sputnik France
Affaire Navalny, Syrie, partenariat avec l'Afrique: Sergueï Lavrov se livre dans une interview exclusive
Pour le vice-ministre russe des Affaires étrangères Andreï Roudenko, intervenant le 28 septembre en marge du septième Forum des régions de la Russie et de la Biélorussie, l’Occident a recours à une «rhétorique antirusse» pour surmonter ses propres désaccords.

«Aujourd'hui, la rhétorique antisoviétique, antirusse et antibiélorusse est utilisée par les opposants occidentaux afin de surmonter les contradictions qui s’accroissent depuis le milieu des années 2000, les frictions au sein des institutions occidentales elles-mêmes, pour [contribuer à, ndlr] la cohésion sur la base "d'un ennemi et d'une menace" communs», a-t-il déclaré.

«Préservation de la vérité historique»

Selon lui, certains pays et organisations recourent de plus en plus souvent à des techniques politiques dont la falsification de l’Histoire afin d’embellir leur propre passé et d’affaiblir ceux qui n’ont pas l’intention à se soumettre à l’ordre mondial.

«Moscou et Minsk coopèrent traditionnellement dans la lutte pour la préservation de la vérité historique», a-t-il précisé.

Varsovie - Sputnik France
Pologne: «la campagne de falsification de l’Histoire s’intensifie» à l’approche du 75e anniversaire de la Victoire
Il a ainsi évoqué «l'idée perverse» imposée à la communauté internationale selon laquelle l'URSS et l'Allemagne nazie étaient à parts égales responsables du déclenchement de la Seconde Guerre mondiale. D’après le diplomate, le but de cette technique est de remettre en question la légitimité de l'ordre mondial d'après-guerre ainsi que le rôle particulier des peuples de l'URSS dans la sécurité internationale.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала