Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Des médecins du Haut-Karabakh sauvent la vie d’un journaliste français blessé

© Sputnik / Aller dans la banque de photosDes médecins de l'hôpital de Stepanakert où un journaliste blessé du Monde a été opéré le 1er octobre 2020
Des médecins de l'hôpital de Stepanakert où un journaliste blessé du Monde a été opéré le 1er octobre 2020 - Sputnik France
S'abonner
La république autoproclamée du Haut-Karabakh a annoncé que ses médecins avaient réussi à sauver la vie d’un journaliste du Monde, blessé lors d’un bombardement azerbaïdjanais.

Des médecins du Haut-Karabakh ont sauvé la vie d'un journaliste français grièvement blessé lors des tirs de l’armée azerbaïdjanaise à Martouni, a annoncé jeudi 1er octobre le ministère des Affaires étrangères de la république autoproclamée.

«Des médecins de l’Artsakh [Haut-Karabakh, ndlr] ont réussi à sauver la vie d’un journaliste français qui avait été grièvement blessé lors de tirs de l’armée azerbaïdjanaise», a indiqué cette administration sur les réseaux sociaux.

Stepanakert, capitale de la république autoproclamée du Haut-Karabakh - Sputnik France
Poutine, Macron et Trump appellent à la cessation des hostilités au Haut-Karabakh
Selon le ministère, le journaliste et son collègue, lui aussi blessé pendant le même bombardement, ont été opérés à Stepanakert, la capitale de la république autoproclamée.

Quatre journalistes blessés dans les tirs

Jeudi 1er octobre, les autorités arméniennes ont annoncé que l’armée azerbaïdjanaise avait bombardé la ville de Martouni, dans la république autoproclamée du Haut-Karabakh.

​D’après le chef du centre d'information Artsakh, Narek Minossian, quatre journalistes, deux Français -Allan Kaval et Rafael Yaghobzadeh- et deux Arméniens, ont été blessés à Martouni alors qu’ils se déplaçaient dans un véhicule portant la mention «Presse». Il s'agirait donc d'une frappe ciblée, note M.Minossian. Le militaire qui les accompagnait, lui, a été tué.

Les journalistes étaient venus couvrir le conflit qui oppose l’Arménie à l’Azerbaïdjan.

​Des journalistes de l'agence France-Presse ont aussi été pris pour cibles par les forces azerbaïdjanaises. Selon les autorités locales, ils n’ont pas été touchés par les tirs.

​Le gouvernement du Haut-Karabakh est actuellement en discussion avec l’ambassade de France en Arménie sur le transfert des journalistes blessés de Stepanakert à Erevan.

Situation au Haut-Karabakh

Des combats sont en cours à la ligne de contact au Haut-Karabakh, en Transcaucasie, depuis le 27 septembre. Bakou et Erevan s’accusent l’un l’autre d’avoir provoqué l’escalade dans le conflit, gelé depuis la signature de la trêve en 1994.

La loi martiale a été décrétée en Arménie, dans certaines régions de l’Azerbaïdjan ainsi que dans la République autoproclamée.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
EN DIRECT
Заголовок открываемого материала
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала