Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

La suspension d’AstraZeneca menace la vaccination en France, alerte un infectiologue

© AP Photo / Michael ReichelVaccin d'AstraZeneca
Vaccin d'AstraZeneca - Sputnik France, 1920, 16.03.2021
S'abonner
Alors que le vaccin d’AstraZeneca est au cœur d’une tempête médiatique, la suspension de son utilisation va ternir l’image de la marque, s’inquiète l’infectiologue Benjamin Davido.

Invité ce mardi 16 mars sur RTL Matin, Benjamin Davido, infectiologue à l’hôpital Raymond Poincaré de Garches, a déploré la suspension du vaccin anglo-suédois.

Il s’est d’abord félicité d’avoir le choix «parce que tout le monde veut du vaccin à travers le monde et on doit vacciner extrêmement vite» d’autant que plusieurs ont été créés «en un temps record avec des techniques qui sont extrêmement immunogènes».

Évoquant le vaccin d’AstraZeneca, il a signalé qu’il avait «très peu d’effets indésirables, une rareté de moins de 1%».

«Cette suspension même provisoire, va entacher de façon irréversible la marque AstraZeneca», affirme-t-il.

Il a ajouté que cette suspension menaçait la campagne de vaccination en France étant donné que de nombreux soignants s’interrogent à ce sujet.

La défiance des soignants

Deux semaines après le début de la vaccination des soignants le 6 février, le Dr Davido avait déjà révélé la défiance de ces derniers vis-à-vis du vaccin d’AstraZeneca.

«Il n’y a personne. On a 100 doses, on a inscrit entre 15 et 20 personnes», avait-il signalé à France Inter.

Initialement, des effets secondaires et une moindre efficacité par rapport aux vaccins de Pfizer et Moderna (70% contre 90% pour ces deux derniers) lui avaient été reprochés.

AstraZeneca suspendu dans une vingtaine de pays

Les suspensions en série du vaccin d’AstraZeneca ont débuté en Autriche après le décès d’une infirmière de 49 ans. Une vingtaine de pays ont suivi en raison de suspicions d’effets secondaires graves.

Lundi 15 mars, Emmanuel Macron a annoncé la suspension jusqu’à mardi après-midi «par précaution» de la vaccination avec AstraZeneca, le troisième vaccin approuvé en France.

L’OMS rassure

La cheffe scientifique de l'OMS Soumya Swaminathan s’est voulue rassurante.

«Les avantages du vaccin d’AstraZeneca l'emportent sur les risques», a-t-elle annoncé via Twitter en ajoutant que les enquêtes se poursuivaient.

«Nous ne voulons pas que les gens paniquent et, pour le moment, nous recommandons que les pays continuent de vacciner avec AstraZeneca», a-t-elle déclaré lundi 15 mars au cours d'une conférence de presse à Genève.
Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
EN DIRECT
Заголовок открываемого материала
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала