Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Macron se moque du Spoutnik V et des pays souverainistes

© Sputnik . Alexeï Vitvitski / Aller dans la banque de photosEmmanuel Macron à Bruxelles
Emmanuel Macron à Bruxelles - Sputnik France, 1920, 07.12.2021
S'abonner
Une guerre dans la guerre contre le virus ravage le monde. En amont de sa visite en Hongrie, Emmanuel Macron s’est attaqué sur un ton sarcastique au Spoutnik V, "qui n’est toujours pas homologué par l’OMS", alors que l'Europe aurait pris les "meilleurs vaccins du monde" pour les Européens.
"Relance, puissance, appartenance". Avec ces trois axes, Emmanuel Macron a décrit, lundi 6 décembre au soir, la présidence française de l'UE qui commencera le 1er janvier.
Se présentant comme un Européen convaincu depuis sa campagne électorale, le Président a appelé à consolider "une Europe qui pourra faire ses propres choix, militaires, technologiques, culturels, de valeurs". En guise d’exemple de l’efficacité européenne, il vante la vaccination en Europe en ironisant… sur le vaccin russe.
"Soyez nationalistes, vous Hongrois, soyez nationalistes polonais ou français, vous ne seriez pas vaccinés, ou imparfaitement. Peut-être que vous auriez eu vos amis russes pour vous donner le Spoutnik qui n'est toujours pas homologué par l’OMS? Bon courage!", a-t-il moqué, avant de se vanter des vaccins utilisés en Europe. "Vous n’êtes vaccinés avec les meilleurs vaccins au monde que parce que vous êtes Européens".
Toutefois, cette rhétorique diffère de l’attitude que le Président de la République avait eue jusqu’à présent envers le vaccin. Début février, il ne s’était pas opposé au principe de l’utilisation du Spoutnik V en France pour accélérer la campagne de vaccination, mais avait rappelé qu’il s’agissait d’une "décision scientifique".
"Il y a plusieurs semaines, j’ai pris l’initiative d’envoyer une mission scientifique en Russie pour échanger avec les équipes" et "les échanges ont été tout à fait positifs", avait indiqué le Président de la République, saluant que "des publications semblent indiquer une très forte efficacité", à plus de 91%. "Mais nous ne pouvons pas le distribuer en France tant que le producteur russe n’a pas soumis une autorisation de mise sur le marché à nos autorités".
Quoi qu’il en soit, "ce n'est pas une décision politique", pour Emmanuel Macron. Comment cette rhétorique a-t-elle changé au cours des huit derniers mois?

Question houleuse de l’approbation du vaccin

La question de l’approbation du vaccin reste sensible pour la Russie. Plusieurs revues scientifiques ont publié des études sur le Spoutnik V, dont Vaccines, Nature, et The Lancet, ce dernier évaluant son efficacité à 91,6%. Bien qu’en général ces revues prestigieuses aient conclu que le Spoutnik V est sûr et efficace, l’UE reste muette.
Le gendarme européen du médicament ne s'empresse pas de lui donner son approbation: depuis le début du mois de mars, le vaccin reste en cours d'examen par l'Agence européenne des médicaments. Fin juin, le chef du gouvernement italien Mario Draghi a déclaré lors d'un sommet européen que le Spoutnik V "pourrait ne jamais obtenir l'approbation de l'EMA", sans plus de détail.
Pour sa part, le secrétaire d'État en charge des Affaires européennes, Clément Beaune, a déclaré que seuls les vaccins autorisés par l'EMA seront reconnus par le pass sanitaire européen, ce qui exclut le Spoutnik V. Le 8 juillet, le responsable français a même insisté en mettant l’UE en garde contre la "reconnaissance de certains vaccins, comme le russe ou le chinois". "Nous, on dit à nos partenaires européens: ‘Attention! Non pour ces vaccins’", avait-il dit.
Cette démarche n’est pas restée sans réponse. Ces propos ont été ensuite jugés "inacceptables" par la porte-parole de la diplomatie russe, qui a fustigé que de tels appels "poussent le monde vers la confrontation au moment où il traverse les dures épreuves de la pandémie". "Des nations entières se voient refuser des droits et possibilités égaux, contrairement à la loi, à l’éthique et à la morale", avait-elle écrit sur Telegram.
L’approbation de l’OMS est une histoire similaire mais… avec une lueur d’espoir. La Russie devrait recevoir un certificat de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) dès que possible afin que le vaccin Spoutnik V puisse être plus largement distribué dans les pays du monde, a déclaré le 5 décembre Vladimir Poutine lors d'une réunion avec le chef de la Fédération internationale des sociétés de la Croix-Rouge, Francesco Rocca.
Au sein de l’OMS, le processus d'homologation du Spoutnik V a été suspendu pendant plusieurs mois, "en raison de procédures juridiques manquantes", selon l'agence sanitaire de l'Onu. Il n’a repris qu’en novembre.
Le chef du bureau régional de l’organisation en Europe, Hans Kluge, a exprimé sa confiance dans l’idée que les résultats des tests de troisième phase seront positifs. Il a ajouté qu'il existe un accord entre l'OMS et le ministère de la Santé de la Fédération de Russie, selon lequel l'organisation étudiera attentivement les résultats de la troisième phase des essais, dès leur réception.
La Russie n’est pas le seul pays à en souffrir. Le président du Mexique, Andres Manuel Lopez Obrador, a accusé mardi 19 octobre l'Organisation mondiale de la santé de "négligence" pour son refus d'approuver le vaccin russe Spoutnik V et un sérum chinois. Obrador a comparé l'OMS à un "goulet d'étranglement". "Cela fait longtemps qu'ils sont là-dessus [...], je dirais que c'est plutôt de la négligence", a-t-il reproché. "S'agissant de la santé, c'est, avec tout mon respect, de l'inefficacité", a ajouté le président de gauche lors de sa conférence de presse quotidienne.
Jusqu'à présent, l'OMS a homologué un petit nombre de sérums, parmi lesquels les vaccins Pfizer/BioNTech, Moderna, Sinovac et Sinopharm ainsi que plusieurs versions de celui développé par AstraZeneca. L’Agence européenne des médicaments a à ce jour délivré quatre autorisations de mise sur le marché conditionnelle pour les vaccins mis au point par BioNTech et Pfizer, Moderna, AstraZeneca et Janssen Pharmaceutica SA.

La Hongrie aussi dans le viseur de Macron

Cependant, la pique de Macron n’est pas seulement destinée au vaccin russe. Avec la phrase sarcastique "Peut-être que vous auriez eu vos amis russes pour vous donner le Spoutnik", Emmanuel Macron fait ainsi référence à la Hongrie qui est le premier pays européen à avoir autorisé le Spoutnik V.
Les Hongrois ont eu le choix pour se faire vacciner contre le Covid entre les quatre vaccins validés par l’Agence européenne des médicaments, mais aussi le chinois Sinopharm et le russe Spoutnik V, autorisé dès janvier pour compenser les retards de livraison des vaccins occidentaux. À son tour, la Slovaquie a été le deuxième pays de l'UE après la Hongrie à utiliser le produit.
"Les données hongroises montrent qu'il y a 20 à 32 fois moins de décès et deux à six fois moins de cas d'infection au Covid-19 pour 100.000 injections de Spoutnik V par rapport aux vaccins à ARNm utilisés en Hongrie", a annoncé dans un tweet le Fonds russe d’investissements directs.
Une remarque inquisitrice qui doit coïncider avec l’agenda présidentiel. En effet, Emmanuel Macron est attendu lundi 13 décembre 2021 en Hongrie, où il rencontrera le Premier ministre Viktor Orban. Le Président français "participera à un sommet avec les Premiers ministres des pays de Visegrad", un groupe de quatre pays d’Europe centrale.
Le Français devrait évoquer avec les dirigeants de Hongrie, de Pologne, de Tchéquie et de Slovaquie les priorités de la présidence de l’UE, que la France assurera à partir du 1er janvier pour six mois, a précisé l’Élysée en confirmant la visite.
Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала