Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Cars, TER, bus scolaires: les contaminations paralysent les transports dans plusieurs régions

© AFP 2021 BERTRAND LANGLOISUn TER à la gare Saint-Charles, à Marseille, le 3 avril 2018
Un TER à la gare Saint-Charles, à Marseille, le 3 avril 2018 - Sputnik France, 1920, 03.01.2022
S'abonner
L’explosion des cas de Covid-19 perturbe l’organisation des transports en commun dans de nombreuses régions. Entre arrêts de travail et mises à l’isolement, la pénurie de personnel guette.
Alors que les autorités commencent à parler d’immunité collective au vu de l’ampleur prise par la "cinquième vague", sur le terrain les contaminations continuent de peser au quotidien. Les transports en commun ont en particulier été lourdement handicapés, ce 3 janvier.
De nombreux TER sont ainsi restés à quai par cause de manque de personnel. C’est notamment ce qu'il s'est passé en Bretagne où plusieurs conducteurs, testés positifs au Covid-19 ou déclarés cas contact, n’ont pas pu assurer leurs fonctions, rapporte France Bleu. La ligne Lorient-Quimper a été particulièrement touchée.
Même refrain dans les Hauts-de-France, où 10% des trains ont été supprimés. La situation devrait se prolonger durant au moins une semaine.
En Normandie et dans le Grand Est, la SNCF prévoit également d’adapter son trafic, arguant d’un manque de personnel mais aussi d’une baisse du nombre de voyageurs quotidiens.
Les perturbations touchent tout autant certains transports urbains. À Strasbourg, les tramways et les bus ne pourront pas assurer autant de liaisons qu’à l’accoutumée, avertit ainsi France Bleu. La compagnie CTS, qui gère les transports de l’agglomération déplorait une pénurie de 160 conducteurs ce 3 janvier, dont 60 à 70 malades du Covid ou cas contact.
Pire encore: en ce jour de rentrée, certains élèves mosellans ne pourront pas rallier leur établissement. Le ramassage scolaire est là encore perturbé par l’absence de 177 chauffeurs de bus.
Les familles concernées ont été averties, a indiqué sur Twitter Jean Rottner, président de la région Grand Est.

Isolement des cas contact

Cette paralysie des transports remet en lumière la délicate question de l’isolement des cas contact. Au vu de l’explosion des infections, le placement en quarantaine des personnes ayant pu être exposées au virus risque de peser lourd sur l’économie, comme l’ont déjà fait remarquer plusieurs observateurs.
En admettant qu’un malade puisse contaminer dix autres, les cas contact devraient bientôt de se chiffrer en millions, a ainsi prévenu sur Twitter Antoine Flahault, directeur de l'Institut de santé globale de l'université de Genève. Un isolement de trop longue durée aura tôt fait de mettre la France "à genoux", a souligné le spécialiste.
Conscient du problème, le gouvernement a d’ailleurs déclaré qu’il n’y aurait désormais plus de quarantaine pour les cas contact bénéficiant d’un schéma vaccinal complet, à partir de ce 3 janvier. Il faudra cependant s’astreindre à des dépistages réguliers.
Les cas contact non vaccinés ou n’ayant pas fait leur rappel dans les temps devront, eux, s’isoler pendant sept jours, a annoncé le ministre de la Santé.
La procédure d’isolement pour les malades a aussi été simplifiée et varie de 7 à 10 jours, selon le statut vaccinal des concernés. Devant la flambée des contaminations, d’autres pays européens, comme l’Italie, ont également choisi d’alléger leurs mesures de quarantaine.
Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала