En maillot de bain et masques de Blanquer, ils miment son voyage à Ibiza devant le ministère - vidéo

© SputnikUne dizaine de personnes danse en maillot de bain et masques de Blanquer, mimant son voyage à Ibiza devant le ministère de l’Éducation, le 19 janvier 2022
Une dizaine de personnes danse  en maillot de bain et masques de Blanquer, mimant son voyage à Ibiza devant le ministère de l’Éducation, le 19 janvier 2022 - Sputnik France, 1920, 20.01.2022
Maillots de bain, masques à l’effigie de Jean-Michel Blanquer, serviettes de plage, pancarte "réunion protocole sanitaire en cours"… Filmée par un correspondant de Sputnik, une vidéo montre un groupe de jeunes danser devant le ministère de l’Éducation. Arrivée rapidement, la police a dispersé le rassemblement.
Les réactions face aux vacances de Jean-Michel Blanquer à Ibiza, d’où il a annoncé le nouveau protocole sanitaire à l’école, ne tarissent pas après plusieurs jours marqués par une large couverture médiatique, des appels à sa démission et même son mea culpa public.
Arborant des masques à son effigie, une dizaine de personnes ont dansé devant le ministère de l’Éducation, montre une vidéo filmée dans la soirée du 19 janvier par un correspondant de Sputnik. Malgré le froid, elles étaient vêtues de tenues estivales, voire de maillots de bain. Parmi elles figurait un homme, palmes aux pieds, qui ressemblait au ministre et était habillé en veste de costume.
Il est possible de voir en outre une pancarte "réunion protocole sanitaire en cours, ne pas déranger M. le ministre" accrochée sur le mur du bâtiment. L’intervention des forces de l’ordre a également été filmée. Dans le calme, les manifestants ont mis fin à leur action. Ils ont coupé la musique et enlevé leurs masques.
Le séjour de Jean-Michel Blanquer à Ibiza, île réputée pour ses fêtes, en pleine vague épidémique, a suscité d’autres moqueries. Par exemple la CGT-Éduc’ation a ironisé sur le "49-ème protocole dans l’Éducation nationale", qualifiant le ministre de D.J. qui "gère les platines".

L’origine du tollé

Un article de Mediapart du 17 janvier sur les vacances de M.Blanquer a mis de l’huile sur un feu attisé dans un premier temps par la complexité du protocole sanitaire en question, annoncé tout juste avant la rentrée. Les mesures ont été jugées difficilement applicables par certains établissements scolaires et par les parents, notamment le schéma de dépistage des élèves en cas de contamination. Par conséquent, plusieurs écoles n’ont pas eu le temps d’organiser la rentrée en conformité avec les nouvelles règles.
Le protocole a subi au moins trois adaptations, poussant le personnel de l’éducation nationale à faire grève le 13 janvier. Une nouvelle mobilisation est attendue ce 20 janvier pour dénoncer une situation "intenable" et exiger des mesures concrètes face à un "chaos engendré par la gestion de la crise sanitaire", annonce la Fédération syndicale unitaire (FSU) sur son site. Un appel à une grève "massive" interprofessionnelle a également été lancé pour le 27 janvier.

Le repentir et la défense

Jean-Michel Blanquer a regretté le 18 janvier à l'Assemblée nationale "la symbolique" du lieu de vacances: "J’aurais dû en choisir sans doute un autre". Le ministre s’est ensuite défendu sur le plateau de TF1:
"Je comprends le symbole qu’est Ibiza, mais l’hiver ce n'est pas du tout comme l’été. J’étais juste en plein air, en lien avec le gouvernement, le cabinet et les interlocuteurs".
"Le fond de l’affaire, c’est est-ce qu'il est normal ou pas de prendre des vacances pour un membre du gouvernement? J'en ai pris du 28 décembre au 1er janvier, je crois que personne ne peut penser que c’est complètement anormal", poursuit-il en affirmant avoir travaillé pendant ces quatre jours. Rien n’aurait changé, d’après lui, s’il avait été à Paris.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала