Ecoutez Radio Sputnik
    Lockheed Martin F-35A Lighting II

    Ankara pourrait opter pour des chasseurs russes si les USA ne livrent pas les F-35, selon Bloomberg

    © AP Photo / Ben Margot
    Actualités
    URL courte
    19762
    S'abonner

    Si les États-Unis refusent de livrer les avions de chasse furtifs F-35 à la Turquie, cette dernière pourrait se pencher sur la possibilité d’acquérir des chasseurs russes, a indiqué Bloomberg citant des fonctionnaires turcs qui ont voulu conserver l’anonymat. La Turquie pourra également élaborer ses propres chasseurs et des missiles balistiques.

    La Turquie étudiera la possibilité d’acquérir des avions de chasse auprès de la Russie si le pays n’obtient pas des avions de chasse furtifs américains F-35, a annoncé l’agence Bloomberg en se référant à des fonctionnaires turcs anonymes.

    Si la Turquie est exclue du programme des F-35, elle va chercher une alternative, selon les dires des fonctionnaires turcs. Ankara pourrait opter pour des avions de chasse russes ou lancer la production de ses propres avions de chasse et des missiles balistiques, ont-ils précisé.

    Ils ont également annoncé que les caractéristiques des systèmes de défense antiaérienne russes S-400 dépassaient celles de la batterie de missiles américaine Patriot et pouvaient protéger Ankara et Istanbul.

    En outre, la Turquie avait déjà acheté des pièces détachées pour le matériel militaire américain, poursuivent-ils, dans le cadre de la préparation à des éventuelles sanctions des États-Unis, résultat de l’achat des S-400 russes. Cependant, l’agence Bloomberg n’a pas évoqué quand cette décision avait été prise.

    Auparavant, le ministre états-unien de la Défense par intérim Mark Esper avait souligné que la Turquie ne recevra pas les avions américains F-35 en cas d’achat des systèmes russes S-400, a affirmé le porte-parole du Pentagone Jonathan Hoffman.

    Fin 2017, Ankara a signé avec Moscou un contrat estimé à plus de 2,1 milliards d'euros pour la livraison de S-400, prévue en juillet 2019. Selon le ministère turc de la Défense nationale, Ankara commencera à déployer les systèmes sur son territoire dès octobre 2019. Les premières livraisons des S-400 sont attendues d’ici 10 jours, a annoncé le Président turc en marge du sommet du G20 au Japon.

    Washington avait prévenu la Turquie que le contrat conclu avec Moscou pourrait remettre en cause l'achat d'avions de chasse furtifs F-35 à Lockheed Martin. Pourtant, Recep Tayyip Erdogan a à plusieurs reprises promis que son pays ne reviendrait pas sur sa décision d'acheter des S-400.

    Tags:
    Moscou, Recep Tayyip Erdogan, fonctionnaires, livraisons, Bloomberg, Istanbul, Ankara, sanctions, missiles balistiques, chasseur, S-400, F-35A, Turquie, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik