Amérique du Nord
URL courte
Par
8822
S'abonner

«Tu sais, j’ai fumé du crack». Le disque dur de l’ordinateur du fils cadet du Président américain, Hunter Biden, livre de nouvelles révélations sur les écarts de sa vie. Le Daily Mail a publié un enregistrement audio d’un aveu qu’il s’est procuré.

Selon l’enregistrement d’une conversation de Hunter Biden avec un ami datée du 5 janvier 2019, que le Daily Mail s’est procuré, le fils du Président américain se vante d’avoir fumé du crack en compagnie de l’ancien maire de Washington aujourd’hui décédé Marion Barry.

Le média indique que dans cet enregistrement audio, le nom de Barry a fait surface lorsque Hunter Biden et un autre individu se sont demandés si les icônes des droits civiques assassinées Martin Luther King et Mahatma Gandhi avaient déjà consommé de la cocaïne.

«Tu sais, j'ai fumé du crack avec Marion Barry. Je le jure devant le f***ing Dieu.»

«J'étais à Georgetown et il avait l'habitude d'aller dans un endroit juste à côté de The Guards. Et j'étais en deuxième année, je crois», poursuit la voix qui semble être celle de Hunter Biden, faisant apparemment référence à un bar fermé depuis près du campus de l'Université de Georgetown.

Une révélation contredisant les mémoires de Hunter

Le journal indique cependant que la révélation est contraire à l'affirmation de Hunter dans ses mémoires, Beautiful Things, parus en avril dernier, selon laquelle son arrestation pour possession de cocaïne à l'âge de 18 ans l'avait «effrayé directement» jusqu'à la fin de ses études.

Hunter a obtenu son diplôme à l'Université de Georgetown en 1992 et prétendrait ainsi avoir fumé du crack avec Barry vers 1990.

Ce dernier avait été arrêté en possession de crack lors d’une opération de la police de la capitale et du FBI en janvier 1990. Il avait été condamné à six mois de prison.

Drogues, prostituées et pornographie

Le Daily Mail avait précédemment annoncé être en possession d’une copie du disque dur de l’ordinateur de Hunter Biden que son propriétaire aurait oublié dans un atelier de réparation du Delaware en 2019. Le journal assure qu’il s’est adressé aux experts en informatique judiciaire de Maryman & Associate pour l’analyse et que ces derniers auraient conclu à l’authenticité des données, écartant la thèse d’une manipulation.

Le disque contiendrait plus de 103.000 SMS, 154.000 emails et quelque 2.000 photos, dont plusieurs montreraient le fils de Joe Biden en compagnie de prostituées. Des selfies nus auraient aussi été retrouvés, ainsi que des vidéos pornographiques mettant en scène les ébats de Hunter Biden, souvent avec deux prostituées à la fois. Le Daily Mail précise que le fils du Président aurait posté certaines de ces vidéos sur le site pour adultes Pornhub.

Des messages et images témoignant de sa consommation de drogue seraient également très nombreux.

Des courriels ayant trait à Burisma

En octobre 2020, Fox News avait rapporté que Robert Costello, l’avocat de Rudy Giuliani, lui-même avocat personnel de Donald Trump, avait déclaré avoir obtenu un disque dur contenant des milliers de courriels et messages, ainsi que des photos et vidéos de Hunter Biden dans «des positions très compromettantes».

Le média avait indiqué que parmi la multitude de documents se trouvaient des courriels électroniques datant de mai 2014 expliquant comment le fils avait présenté son père, vice-Président à l’époque, à un homme d'affaires ukrainien et conseiller de la compagnie gazière ukrainienne Burisma dans laquelle Hunter Biden était membre du conseil d'administration.

Dans son ouvrage autobiographique intitulé Beautiful Things (Belles choses), il a relaté avoir dépensé l’argent gagné en tant qu'administrateur du groupe Burisma dans l’alcool et la drogue.

Lire aussi:

Orage dans le Doubs: des grêlons géants brisent tout – photos
Paris: une femme heurtée par une trottinette électrique est dépouillée avant de mourir
Covid-19: «la stratégie de la peur», dernier outil d’«une élite dépassée»? – vidéo
Tags:
enregistrement, révélations, Hunter Biden
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook