Amérique latine
URL courte
Par
11835
S'abonner

«Dans le contrat de Pfizer, c'est très clair: "nous ne sommes pas responsables des quelconques effets secondaires"». En attaquant les vaccins contre le coronavirus, le Président brésilien a déclaré que si celui de Pfizer transformait les gens «en crocodile» ou «si une femme commence à avoir de la barbe», c’était leur «problème».

Lors de son discours du jeudi 17 décembre, Jair Bolsonaro s’en est pris au vaccin élaboré par le laboratoire américain Pfizer et l'allemand BioNTech, testé au Brésil depuis des semaines.

«Dans le contrat de Pfizer, c'est très clair: "nous ne sommes pas responsables des quelconques effets secondaires". Si tu te transformes en crocodile, c'est ton problème», a dit le chef de l’État à Porto Seguro. Et d’ajouter:

«Si tu deviens Superman, si une femme commence à avoir de la barbe qui pousse ou si un homme commence à parler avec une voix efféminée, ils [les laboratoires, ndlr] n'ont rien à voir avec ça.»

«Je ne me ferai pas vacciner»

Le 17 décembre, en dépit des réticences du Président, la Cour suprême a rendu obligatoire mais non «forcée» la vaccination contre le coronavirus au Brésil qui demeure le plus endeuillé au monde derrière les États-Unis. Depuis le début de la pandémie, le pays compte près de 185.000 morts.

«Le vaccin, une fois qu'il sera certifié par [l'agence régulatrice, ndlr] Anvisa, sera accessible à tous ceux qui le veulent. Mais, moi, je ne me ferai pas vacciner», a tenu à souligner M.Bolsonaro.

Le Président brésilien a été contaminé par le Covid-19 en juillet. Il s'est rétabli après une vingtaine de jours sans avoir eu de symptômes graves.

Lire aussi:

Face à la Chine, les «Indiens se méfient» d’un affrontement général
Giuseppe Conte prévoit d’annoncer sa démission ce mardi
L’Institut Pasteur arrête son principal projet de vaccin contre le Covid-19, pas assez efficace
Tags:
Pfizer, vaccin, Jair Bolsonaro, Brésil
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook