Défense
URL courte
Par
9472
S'abonner

Pour la deuxième fois, l’Iran et la Russie organisent dans l’océan Indien des exercices navals baptisés «Ceinture de sécurité maritime». Ils visent à renforcer la sécurité dans la région et à promouvoir la coopération bilatérale.

Des manœuvres navales russo-iraniennes dans la partie nord de l’océan Indien ont débuté ce lundi 15 février, a fait savoir à Sputnik l’attaché de presse de l’ambassade russe à Téhéran Maxime Souslov.

«Elles ont déjà commencé aujourd’hui» [avec un jour d'avance, ndlr], indique-t-il.

Le service de presse de l’armée iranienne avait précédemment annoncé que des exercices «Ceinture de sécurité maritime» impliquant les armées de la Russie et de l’Iran débuteraient le 16 février.

Les manœuvres prévoient des tirs et des opérations de sauvetage. Elles visent à renforcer la sécurité dans la région et à promouvoir la coopération bilatérale.

L’ambassadeur de Russie en Iran Levan Djagarian avait précisé à Sputnik que les exercices conjoints seraient consacrés à l’interaction des parties lors des opérations de sauvetage maritime et de sécurité de la navigation.

La coopération se poursuit

Des manœuvres «Ceinture de sécurité maritime» ont eu lieu pour la première fois fin décembre 2019. Elles ont été menées conjointement par l'Iran, la Russie et la Chine dans l'océan Indien et en mer d'Oman.

Lors de sa visite à Moscou en août dernier, le ministre iranien de la Défense a déclaré que Téhéran souhaitait renforcer la coopération bilatérale dans le domaine militaire et organiser une nouvelle fois des exercices navals avec la Russie et la Chine en mer d'Oman.

Lire aussi:

«Ils profitaient des USA»: Trump se lâche contre Macron et les dirigeants européens
Francis Lalanne choque en liant le malaise cardiaque d’Eriksen au vaccin anti-Covid
Une candidate du RN suspendue en Auvergne-Rhône-Alpes pour un tweet antisémite
Le geste désespéré d’un Algérien en situation irrégulière qui voulait quitter la France
Tags:
Iran, Russie, océan Indien, manœuvres
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook