Ecoutez Radio Sputnik
    Des dollars

    La dette publique américaine franchit la barre des 23.000 milliards de dollars, une première

    CC0 / pasja1000
    Economie
    URL courte
    12447
    S'abonner

    En octobre 2019, la dette publique des États-Unis a dépassé le volume record des 23.000 milliards de dollars, selon le Trésor américain. Une situation vouée à s’aggraver.

    La dette publique des États-Unis a franchi la barre des 23.000 milliards de dollars, battant un nouveau record, a annoncé le Trésor américain sur son site jeudi 31 octobre.

    Au cours de la seule année financière 2018, le déficit budgétaire américain a augmenté de 17%, pour atteindre un total de 779 milliards de dollars. Selon les estimations, d'ici 2020, ce chiffre dépassera les 1.000 milliards de dollars et continuera de progresser à un rythme accéléré en raison de dépenses gouvernementales incontrôlées.

    L'élimination de la dette publique était l'une des promesses électorales de Donald Trump. Or, depuis son investiture, la dette publique a ainsi augmenté d’environ 3.000 milliards de dollars. Ce rythme accéléré sous la présidence du Républicain est pour beaucoup dû à la réforme fiscale menée l'année dernière et qui a coûté au budget près de 1.500 milliards de dollars. Autre facteur aggravant: la hausse des dépenses du budget de la Défense.

    La direction budgétaire du Congrès prédit que le déficit atteindra cette année 897 milliards de dollars, soit une augmentation de 15% par rapport à 2018.

    En comparaison, la dette de la France, qui s’approche du montant de son PIB, s'élevait à un peu plus de 2.300 milliards d'euros fin septembre (soit 2.600 milliards de dollars environ).

    Face au risque de sanctions, la Russie a considérablement réduit au cours de l'année 2018 ses investissements dans la dette publique américaine en revendant au moins un tiers de ses bons du Trésor.

    Tags:
    déficit budgétaire, endettement mondial, dette publique américaine, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik