Economie
URL courte
20734
S'abonner

Le groupe du parti de gauche Die Linke au Bundestag allemand a exhorté le gouvernement à réagir aux sanctions américaines visant le Nord Stream 2, notamment par l’instauration de taxes sur le gaz naturel liquéfié (GNL) en provenance des États-Unis, rapporte un communiqué de presse.

Le gouvernement allemand doit réagir sans tarder aux menaces de sanctions contre le Nord Stream 2 de la part des États-Unis, a déclaré Klaus Ernst, membre du groupe du parti Die Linke («La Gauche») au Bundestag, cité par un communiqué de presse.

Répondre à la menace de sanctions US

«Le gouvernement doit réagir immédiatement par toutes les mesures diplomatiques à sa disposition, mais aussi par des mesures ponctuelles à la menace de sanctions de la part des États-Unis contre le Nord Stream 2. En outre, il doit percevoir des droits de douane sur le gaz naturel liquéfié (GNL) américain», a indiqué l’homme politique.

La Commission des forces armées de la Chambre des représentants et le Comité des forces armées du Sénat américain ont adopté le budget Défense pour l’année fiscale 2020. Il prévoit notamment des sanctions contre les gazoducs Nord Stream 2 et Turkish Stream, dans le cadre des mesures visant à contenir la Russie et sous le prétexte d’assurer la «protection» de la sécurité énergétique européenne.

Projet Nord Stream 2

Le projet Nord Stream 2 prévoit la construction de deux conduites d'une capacité de 55 milliards de mètres cubes de gaz par an reliant le littoral russe à l'Allemagne via la mer Baltique. Il a été mis au point par la société russe Gazprom, en coopération avec les entreprises européennes Engie, OMV, Shell, Uniper et Wintershall.

L’Ukraine, qui craint de perdre les revenus provenant du transit du gaz russe, et certains pays européens, dont la Pologne, la Lettonie et la Lituanie, ainsi que les États-Unis, qui s’occupent de la promotion de leur gaz naturel liquéfié (GNL) dans l’Union européenne, interviennent énergiquement contre le Nord Stream 2. Ils qualifient ce projet de politique et prétendent qu’il menace la sécurité énergétique de l’Europe. La  Russie a déclaré à maintes reprises que le projet Nord Stream 2 était absolument commercial et compétitif, tout en indiquant qu’il n’entendait pas la fin du transit du gaz russe via l’Ukraine vers  l’UE.

Lors d’une rencontre début novembre avec des hommes d’affaires allemands, Vladimir Poutine a souligné une fois de plus que la construction de ce gazoduc ne signifiait en aucun cas que la Russie entendait l’arrêt du transit du gaz via l’Ukraine.

Le Turkish Stream doit être lancé le 8 janvier prochain et relier le sud de la Russie via la mer Noire à la partie européenne de la Turquie.

Lire aussi:

Une Chinoise venant de Wuhan dupe les autorités françaises et entre à Paris avec de la fièvre
Au moins six morts dans une fusillade en Allemagne
Comment Téhéran pourrait faire s’effondrer les marchés américains
Tags:
gaz naturel liquéfié (GNL), États-Unis, Allemagne
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik