Economie
URL courte
Par
Les États-Unis adoptent des sanctions contre Nord Stream 2 (118)
211345
S'abonner

La Russie continuera de construire le gazoduc Nord Stream 2 en Europe malgré toutes les sanctions des États-Unis, note Bloomberg après les annonces sur la reprise des travaux de pose de tubes dans les eaux allemandes.

Les États-Unis ne sont pas parvenus à arrêter la réalisation du projet de gazoduc Nord Stream 2, récemment reprise après une longue pause provoquée par des sanctions américaines, a annoncé l’agence Bloomberg.

Le navire spécialisé Fortuna a repris le 11 décembre la pose des tubes des deux conduites parallèles du Nord Stream 2 en mer Baltique. Sa mission consiste à construire un tronçon de 2,6 km dans les eaux allemandes à 30 mètres de profondeur. Selon l’Agence maritime et hydrographique d'Allemagne, les travaux seront menés jusqu'au 31 décembre au sud du banc de sable d'Adlergrund.

Nouvelles sanctions US

Selon Bloomberg, les États-Unis craignent que Nord Stream 2 permette à Moscou d’exercer «trop d’influence» sur l’Europe et qu’il réduise la part du gaz naturel liquéfié américain sur le marché européen.

Le 11 décembre, le Congrès américain a approuvé le projet de budget militaire des États-Unis pour l'exercice 2021 (lancé le 1er octobre). Ce projet prévoit notamment des sanctions contre le gazoduc Nord Stream 2 qui frapperont les sociétés ayant accès au système financier américain et fournissant des services d’assurance et de certification aux organisations engagées au projet.

Parmi les sociétés visées figurent la compagnie d’assurances Zurich Insurance Group AG et la société norvégienne Det Norske Veritas Holding AS, qui vérifie la fiabilité et la sécurité du projet.

La Russie et l’Allemagne prêtes à riposter

«Nous avons élaboré un programme de réalisation de ce projet et des mesures à prendre et qui seront prises pour assurer sa mise en œuvre. Nous comprenons très bien que les États-Unis n’arrêteront pas leurs tentatives d’empêcher la Russie de réaliser ce projet et de mener sa politique indépendante», a indiqué Maria Zakharova, porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, le 10 décembre.

Berlin, pour sa part, recherche aussi des mécanismes juridiques qui aideraient à protéger son tronçon du gazoduc contre les sanctions américaines.

«L’Allemagne doit se préparer à une dure confrontation pour protéger ses intérêts dans ce projet, qui permettra d’augmenter les livraisons de gaz naturel russe», a déclaré le vice-président du Parti social-démocrate (SPD) au Bundestag, Rolf Mützenich, dont les propos sont repris par Bloomberg.

Sanctions US contre Nord Stream 2

En juillet, le Congrès américain a déjà approuvé un éventail de sanctions envers les assureurs et certificateurs du Nord Stream 2 ainsi que les sociétés qui financent ou fournissent des équipements aux navires nécessaires à sa construction. Les nouvelles recommandations de la loi PEESA (Protecting Europe's Energy Security Act) ont été publiées en octobre.

Le Kremlin considère l’élargissement des sanctions américaines contre Nord Stream 2 comme une manifestation de concurrence déloyale et entend tout faire pour protéger les intérêts de la Russie, selon Dmitri Peskov, porte-parole du Président russe.

Gazoduc Nord Stream 2

Long de 1.230 km, le gazoduc Nord Stream 2 doit relier la côte russe à l’Allemagne en passant par le fond de la mer Baltique.

Le projet prévoit la construction de deux conduites d’une capacité totale de 55 milliards de mètres cubes de gaz par an. À l’heure actuelle, il reste à construire un tronçon de seulement 160 km dont la plus grande partie se trouve dans les eaux danoises.

Dossier:
Les États-Unis adoptent des sanctions contre Nord Stream 2 (118)

Lire aussi:

«Incroyable» scène de tirs «dans tous les sens» au sein d’une cité de Carpentras
Une femme soupçonnée d'avoir voulu vendre aux Russes l'ordinateur de Nancy Pelosi
Une mosquée du Val-d’Oise fermée pour radicalisme, le maire «dénonce l’incompétence du gouvernement»
Tags:
gaz, Europe, sanctions, Nord Stream 2, gazoduc, États-Unis, Allemagne
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook