Europe
URL courte
Par
Alexandre Loukachenko sous pression après la présidentielle (34)
7274
S'abonner

Les forces de l’ordre ont arrêté, notamment avec utilisation de «moyens spéciaux», plus de 200 personnes à Minsk dans le cadre des manifestations de l’opposition contestant les résultats de la présidentielle.

Plus de 200 personnes ont été arrêtées dans la capitale biélorusse, annonce le service de presse de la police de Minsk, indiquant que les manifestants ont été avertis à plusieurs reprises «de l'inadmissibilité d’actions illégales».

«Pour violation de la législation sur les manifestations à Minsk, plus de 200 personnes ont été interpellées. Des vérifications sont en cours dans le cadre de la législation en vigueur», fait savoir la porte-parole de la police de la capitale biélorusse.

Brandissant des symboles non enregistrés et des pancartes avec divers appels, des groupes de personnes sortaient sur la chaussée et bloquaient la circulation, notamment des transports en commun. Pour la sécurité des citoyens et des usagers de la route, les policiers les en ont écartés, note encore le service de presse.

Il ajoute également qu’en violation des règles de sécurité, des manifestants sont venus avec des enfants. En outre, certains participants se sont montrés «irrespectueux envers les forces de l'ordre», tandis que plusieurs étaient en état d'ébriété.

La porte-parole du ministère biélorusse de l'Intérieur a confirmé à Sputnik que les forces de l’ordre avaient eu recours ce dimanche aux «moyens spéciaux» pour interpeller ceux qui violaient l'ordre public et opposaient une résistance.

Le correspondant de Sputnik a constaté sur place que les manifestations avaient pris fin dans la soirée. Les forces de l’ordre commencent elles aussi à se retirer de la ville. Toutefois, la police routière reste très présente à Minsk.

La situation dans le pays

L'opposition biélorusse appelle toujours ses partisans à descendre dans les rues pour des manifestations qui prennent une ampleur particulière tous les dimanches.

Les forces de l'ordre à Minsk, le 15 novembre
© Sputnik / Viktor Tolochko / Viktor Tolochko
Ce 22 novembre, les chaînes Telegram de l'opposition ont appelé à tenir une marche de format nouveau où les participants se réunissent en petits groupes dans les cours d’immeubles et se rendent jusqu’aux points de rassemblement pour former des colonnes. Cette tactique a permis de réduire le nombre de personnes interpellées.

Le centre des droits de l'Homme Viasna, non enregistré en Biélorussie, a confirmé l’arrestation de plus de 200 personnes, alors qu’il avait dépassé 1.000 il y a une semaine.

Les manifestations de l’opposition ont démarré en Biélorussie le 9 août, le jour même de l’élection présidentielle remportée, selon les autorités, par Alexandre Loukachenko avec 80,1% des suffrages. Pour disperser ces manifestations, les forces de l’ordre ont utilisé des lacrymogènes, des canons à eau, des grenades assourdissantes et des balles en caoutchouc.

Parallèlement à l’opposition, les partisans d’Alexandre Loukachenko, qui a prêté serment le 23 septembre, tiennent des manifestations de soutien. Les autorités parlent de «radicalisation» des manifestations et de leur déplacement depuis les rues dans les cours.

Dossier:
Alexandre Loukachenko sous pression après la présidentielle (34)

Lire aussi:

Un destroyer américain viole la frontière russe près de Vladivostok
Poutine fait entrevoir au public une salle de repos de sa résidence, une première – vidéo
La Syrie nomme un nouveau ministre des Affaires étrangères
Tags:
interpellation, manifestation, Minsk, Biélorussie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook