Europe
URL courte
Par
7227
S'abonner

Le ministère bulgare des Affaires étrangères a déclaré persona non grata un diplomate russe que le parquet du pays accuse d’espionnage. Le diplomate a 72 heures pour quitter le territoire. Selon l'ambassade russe à Sofia, la décision bulgare est infondée et ne contribue pas au dialogue entre les deux pays.

Un diplomate russe en poste en Bulgarie a 72 heures pour quitter le pays, annonce ce vendredi 18 décembre le ministère bulgare des Affaires étrangères dans un communiqué.

«Le ministère bulgare des Affaires étrangères a déclaré un diplomate de l’ambassade russe à Sofia persona non grata et lui a donné 72 heures pour quitter le pays en raison d’actes incompatibles avec son statut diplomatique. Une note appropriée a été remise au chef adjoint de la mission diplomatique, qui a été convoqué au ministère», informe le communiqué.

Le parquet parle d’espionnage

Selon le ministère, cette décision a été prise après que la vice-Première ministre et ministre des Affaires étrangères Ekaterina Zaharieva a reçu une lettre du procureur général Ivan Geshev affirmant que le diplomate en question a «recueilli des informations constituant un secret d’État».

Le parquet bulgare avait précédemment déclaré qu’un citoyen russe avait collecté des informations sensibles entre 2017 et 2020, notamment sur le nombre de soldats américains déployés en Bulgarie pendant des exercices. Toujours d’après le parquet, cette personne bénéficiant d’un statut diplomatique a eu des contacts avec un Bulgare ayant accès à des informations classifiées.

Une décision infondée, selon la diplomatie russe

L'expulsion d'un diplomate russe par la Bulgarie est infondée, elle porte préjudice au dialogue entre Moscou et Sofia, a déclaré l'ambassade de Russie en Bulgarie.

«Le 18 décembre, le ministère bulgare des Affaires étrangères a déclaré persona non grata l'attaché militaire, aérien et naval à l'ambassade de Russie en Bulgarie. L'expulsion sans fondement du chef de la représentation du ministère russe de la Défense ne contribue pas au développement du dialogue entre nos pays dans le domaine militaire, ainsi qu'au renforcement de la stabilité dans la région de la mer Noire», note la mission diplomatique sur Facebook.

Deuxième expulsion en quelques mois

En septembre, le ministère bulgare des Affaires étrangères avait déjà annoncé l’expulsion de deux employés de la Représentation commerciale de Russie pour des soupçons d’espionnage. Avant l’annonce, le parquet bulgare avait diffusé une déclaration selon laquelle deux Russes avec le statut diplomatique recueillaient des informations sur la modernisation de l’armée bulgare.

En réponse, Moscou a expulsé deux diplomates bulgares, précisant que la Bulgarie n’avait pas fourni de preuves qui confirmeraient une activité non compatible avec le statut de diplomate.

En janvier, Sofia avait expulsé un diplomate de l’ambassade russe et un employé de la Représentation commerciale de Russie. Pour le ministère russe des Affaires étrangères, «aucune preuve pour soutenir cette décision n’a été fournie».

Lire aussi:

Tous vaccinés contre tous confinés: «il existe une troisième alternative»
La Russie annonce répondre à un déploiement massif de troupes de l'Otan à sa frontière
Ramadan au Maroc: non-musulmans et non-pratiquants réclament la liberté de «dé-jêuner» en paix
Tags:
espionnage, Bulgarie, Russie, diplomates, persona non grata, expulsions
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook