Europe
URL courte
Par
3523
S'abonner

Holly, une infirmière du comté du Yorkshire, affirme sur Franceinfo qu’elle ressent toujours des effets du Covid qu’elle a contracté en avril. Malgré des périodes d’épuisement physique, elle doit faire face à une pression accrue dans l’hôpital où elle travaille en raison du variant britannique.

Alors que le Royaume-Uni fait face à un intense rebond épidémique, Holly, une infirmière britannique, témoigne auprès de Franceinfo de sa difficulté à reprendre le travail après avoir attrapé le Covid-19 en avril. Neuf mois plus tard, elle n’en est toujours pas remise, au point de l’empêcher de travailler à certaines périodes.

«Je me sens très coupable. Je suis extrêmement fatiguée, j’ai des vertiges, je suis à bout de souffle. Ça dure quelques semaines et puis ça va mieux. Ça revient sans cesse», raconte-t-elle au média. «Je me sens frustrée d’être la moitié de la femme que j’étais avant le Covid».

Manque de personnel

Holly travaille au service oncologie d’un hôpital du Yorkshire, où une partie du personnel est atteinte du virus, et d’autres sont réquisitionnés pour s’occuper des patients Covid. Elle s’inquiète de certains de ses patients atteints d’un cancer à un stade avancé qui ne peuvent plus bénéficier des mêmes soins qu’avant l’épidémie.

Elle craint également que des malades aient peur du virus ou de déranger les soignants et n’osent prendre rendez-vous. Même si le Royaume-Uni est sous confinement, elle estime qu’il n’est pas assez strict et qu’il a été mis en place trop tard.

Situation au Royaume-Uni

Mardi 26 janvier, Boris Johnson s’est excusé auprès de la population, assumant «la responsabilité de tout ce que le gouvernement a décidé» alors que les données officielles faisaient état de plus de 100.000 morts depuis le début de l’épidémie, premier pays européen à franchir ce seuil. Touché par une vague plus intense en raison du variant B.1.1.7 identifié sur son sol, le Royaume-Uni confiné continue d’enregistrer plus de 20.000 cas par jour.

Lire aussi:

Carla Bruni réagit à la condamnation de Nicolas Sarkozy
Reconnu coupable de corruption, Sarkozy écope de trois ans de prison, dont un ferme
Le Kremlin répond à Biden sur l’«annexion de la Crimée»
La police utilise un taser lors d’un contrôle à Nantes, le suspect reste insensible
Tags:
témoignage, épidémie, Covid-19, Royaume-Uni, infirmière
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook