Faits divers
URL courte
Par
4241152
S'abonner

Un professeur de maths n’a pas aimé les vêtements d’une élève, les jugeant provocants à cause d'un décolleté «trop voyant». Son père, pris de colère, a soulevé une vague d’indignation contre le «puritanisme».

Une collégienne a été recadrée par son professeur qui jugeait sa tenue vestimentaire «vulgaire». L’incident qui a eu lieu le 22 septembre au collège Arthur Rimbaud de Belfort a fait le buzz.

«Arrivée en cours de mathématiques, elle n’a pas eu le temps d’enlever sa veste que son professeur lui a fait remarquer, devant toute sa classe, que son décolleté était trop voyant et que sa tenue était donc vulgaire selon ses mots. Il ne comprenait d’ailleurs pas comment on avait pu la laisser entrer dans le collège», écrit sur Facebook le père de la jeune fille concernée, photo à l’appui. Celle-ci montre un vêtement plutôt traditionnel.

Indigné, le père souligne que sa fille «est rentrée humiliée, choquée». «Sa réflexion est l’expression du même mécanisme qui consiste à justifier un viol par la tenue vestimentaire de la victime», condamne-t-il.

Sa publication a été largement partagée et commentée, de nombreux internautes ayant exprimé leur soutien à l’homme et à la collégienne.

«Ce n’est pas anodin»

Interrogé par L’Est républicain, le parent a, relatant le récit de sa fille, précise qu’après la remarque de l’enseignant faite devant la classe, «elle a essayé de fermer sa veste mais elle ne pouvait pas. Un camarade lui a alors prêté son pull pour qu’elle puisse cacher ses morceaux de peau».

«Aujourd’hui, je me retrouve avec une gamine qui ne pourra peut-être plus s’habiller sans avoir peur du regard des autres. Dans la construction d’une adolescente, ce n’est pas anodin», la jeune fille étant «très pudique», souligne-t-il.

«Rien ne doit être cédé au puritanisme», poursuit le père dans un autre post.

Il s’excuse, elle ne le croit pas

Le 23 septembre, le principal de l’établissement a convoqué le professeur en question qui s’est par la suite excusé auprès de l’élève. Mais «elle n’a pas accepté ces excuses», ponctue le père auprès du quotidien. Elle «m’a expliqué qu’il n’avait pas l’air d’être sincère».

Le principal a pour sa part jugé «disproportionnée» la réaction du père de famille «par rapport aux propos qui ont été tenus».

Lire aussi:

Ces pays voisins de la France où des émeutes éclatent contre le durcissement des mesures - images
Venue vider le logement de son père défunt, elle fait une découverte explosive
Trois scénarios à l'étude au sein de l'exécutif face à l'accélération de l'épidémie
Tags:
Belfort
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook