Ecoutez Radio Sputnik
    L'acte 45 se poursuit: une soirée sous surveillance sur les Champs-Élysées, 21 septembre 2019

    Un officier de police hors service interpellé à Paris pour avoir insulté ses collègues

    © Sputnik .
    France
    URL courte
    Mouvement des Gilets jaunes après 40 semaines de mobilisation (43)
    161466
    S'abonner

    Un capitaine de police, qui était en civil et hors service, a été placé en garde à vue parce qu’il aurait insulté les forces de l'ordre qui dispersaient une manifestation des Gilets jaunes à Paris.

    Selon une information de BFM TV, un capitaine de police a été interpellé ce samedi 21 septembre.

    «Parmi les personnes qui ont été verbalisées dans le périmètre interdit, il y a […] un capitaine de police qui était hors service, qui était en civil et qui a été interpellé pour outrage et rébellion», a indiqué à la chaîne de télévision Dominique Rizet, consultant police-justice.

    L’officier, qui ne fait pas partie d'un service actif du ministère de l'Intérieur, a insulté ses collègues qui assuraient le maintien de l'ordre, selon une information confirmée au Point par les autorités.

    Les policiers ont alors décidé de l’interpeller, mais l’officier se serait rebellé, a indiqué une source policière citée par Actu 17. Si le capitaine est reconnu coupable des faits qui lui sont reprochés, il pourrait également faire l’objet d’une procédure disciplinaire administrative.

    Les manifestations de ce samedi

    Selon la préfecture de police, 163 personnes ont été interpellées au comptage de 18h00. Le parquet a fait état pour sa part de 99 gardes à vue.

    Selon le Nombre Jaune, plus de 91.000 personnes sont descendues dans les rues ce samedi pour des manifestations, entre 45e mobilisation des Gilets jaunes, marche pour le climat et manifestation contre la réforme des retraites.

    La veille, Emmanuel Macron avait lancé un appel au calme puisque que ce week-end coïncide avec les Journées du patrimoine.

    Craignant un retour des violences, le préfet de police Didier Lallement avait annoncé de son côté qu’un dispositif sécuritaire «identique à celui du 1er mai» serait mis en œuvre à Paris et que quelque 7.500 membres des forces seraient déployés. Plusieurs établissements ont été fermés, notamment le Grand Palais et l'Arc de Triomphe.

    Dossier:
    Mouvement des Gilets jaunes après 40 semaines de mobilisation (43)
    Tags:
    climat, réforme des retraites, ministère français de l'Intérieur, Emmanuel Macron, Didier Lallement, violences, BFMTV, forces de l'ordre, manifestation, officiers, police, interpellation, garde à vue, Paris, gilets jaunes
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik