France
URL courte
279104
S'abonner

Un accident de chasse qui avait coûté la vie à une femme de 69 ans a été qualifié d’homicide involontaire. Le tireur a été condamné à 12 mois de prison avec sursis. Il ne pourra plus détenir une arme pendant cinq ans. Il n'ira donc pas en prison.

Un chasseur qui avait abattu une femme de 69 ans, dans son jardin en 2017, a été condamné à 12 mois de prison avec sursis, rapporte le quotidien Centre Presse, ce mercredi 6 mai. 

L’accident s’était déroulé à Taussac, dans la région d’Aurillac. L’homme était parti traquer le cerf sur la commune, en compagnie des chasseurs de la société de chasse de Taussac.

Il a expliqué avoir confondu la victime avec un cervidé, alors que la sexagénaire se trouvait chez elle, derrière une haie de six mètres «très épaisse». Sans voir ce qui se déroulait derrière cette haie, l’homme a ouvert le feu, rapporte Centre Presse. La victime est morte sur le coup.

Interdiction de détenir une arme

Le chasseur, qui attendait son procès «depuis des années» selon son avocat, s’est également vu retirer son permis de chasse.

 Il lui sera interdit de détenir une arme pendant cinq ans. Il a en outre été condamné à verser 8.000 euros de dommages et intérêts. Il ne sera donc pas incarcéré.

Début avril, le recrutement de chasseurs dans certains départements pour assurer le respect du confinement, aux côtés des forces de l’ordre, avait suscité la polémique.

Lire aussi:

Les aliments les plus dangereux pour le foie énumérés
Un infectiologue marocain étrille l’étude de The Lancet critiquant la chloroquine
La Russie réduit fortement sa livraison de gaz via la Pologne
Tags:
arme à feu, prison, accident mortel, cerfs
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook