France
URL courte
187130
S'abonner

Selon Le Canard enchaîné, des masques en provenance de Chine ont été réétiquetés «tricotés en Béarn» à Pau. Une manœuvre que l’hebdomadaire attribue à François Bayrou, dans l’optique du second tour des élections municipales.

Une opération visant à faire passer des masques chinois pour des masques fabriqués dans le Béarn a eu lieu à Pau, affirme Le Canard enchaîné. 

Les événements se sont déroulés les 8 et 9 mai au Parc des expositions de la ville, où une centaine d’employés municipaux avaient été requis, selon l’hebdomadaire.

Leur mission consistait à déballer les masques arrivant de Chine et à enlever les étiquettes écrites en mandarin. À la place, les agents municipaux devaient placer un petit mot signé de la main de François Bayrou, avec la mention «tricoté en Béarn», relate Le Canard enchaîné. Les masques ainsi modifiés devaient ensuite être distribués à la population.

Opération de communication en vue des municipales?

L’hebdomadaire satirique impute la responsabilité de ce tour de passe-passe à François Bayrou. Une manœuvre destinée à séduire les électeurs dans l’optique du second tour des élections municipales, selon l’hebdomadaire. 

Le maire sortant de Pau, crédité de 45,8% des voix au premier tour, est en effet en lice pour un second mandat à la tête de la municipalité.

Ce réétiquetage pourrait néanmoins lui valoir des ennuis auprès de la Commission nationale des comptes de campagne, rappelle Le Canard enchaîné.

Ce mardi 12 mai, François Bayrou se félicitait sur Twitter de la distribution de 82.000 masques par les équipes de la municipalité. Il n’a pour l’instant pas réagi à ces nouvelles révélations.

Lire aussi:

Les violences urbaines s'étendent, et avec elles les territoires perdus de la République?
Les Français font davantage confiance à Didier Raoult qu’à Olivier Véran, selon un sondage
Trump annonce que son pays met fin à ses relations avec l'OMS
Tags:
élections municipales, Covid-19, masques, François Bayrou, Pau
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook